Aller au contenu principal

Prendre la limace de vitesse pour réduire son développement

Les limaces noires et grises aiment les cultures, plantules ou graines et peuvent causer des dégâts irrémédiables en conditions favorables. Après les leviers agronomiques pour limiter leur développement, le piégeage est indispensable pour intervenir à bon escient.

Un distributeur de granulés est installé sur le quad pour faciliter les interventions.
Un distributeur de granulés est installé sur le quad pour faciliter les interventions.
© N.C.

Deux journées techniques à Sainte-Ouenne et à Saint- Sauvant se sont tenues dans le cadre du plan Ecophyto pour faire le point sur la gestion des limaces dans les cultures. Elles étaient animées par les conseillers de la chambre d’agriculture en partenariat avec les syndicats d’eau du Sertad et du Seco. Il s’agissait pour les agriculteurs présents de bien identifier ces ravageurs, dont ils voient plus souvent leurs dégâts que leurs antennes. Si la limace grise se déplace peu et adore déguster des plantules pour la moitié de son poids en une nuit, la limace noire préfère rester en sous-sol et dévorer les graines.

Toutes les deux se reproduisent et se développent au moment des semis d’automne et de printemps, lorsque le garde-manger est plein et que les conditions de températures et d’humidité sont favorables à leur développement. « Elles adorent les mottes, les résidus de culture qui les protègent et certains couverts végétaux comme le trèfle, qui leur procurent toujours de l’alimentation. Elles détestent la moutarde, la phacélie, la fèverole, l’avoine ou le blé », relatent les techniciens présents. Pour les spécialistes de ces ravageurs, il faut alors briser leur cycle, réduire leur ponte. « Leurs œufs, entre 100 à 200 par limace, ne survivent pas à l’assèchement du sol ni au froid. Il faut déchaumer très tôt après la récolte pour remonter les œufs en surface et incorporer les résidus dans le sol ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Renard, Dégâts aux cultures, Esod
La fédération des chasseurs et la Chambre d'agriculture invitent à déclarer les dégâts
Pour qu’elle puisse être régulée toute l’année, une espèce doit être inscrite dans la liste des espèces susceptibles d’…
Associés du GAEC la Vallée des Blondes, Deux-Sèvres, Nouvelle-Aquitaine, Blonde d'Aquitaine, Vaches allaitantes
Pilot’élevage : un tableau de bord pour faire rouler le troupeau vers la performance
L’outil d’identification Pilot’Élevage a conduit l’ASSEL à recalibrer le tableau de bord utilisé par les élevages de plus de dix…
Publicité