Aller au contenu principal

Elevage info du 2 octobre 2020
Préparation et désinfection de la nurserie chevreaux/chevrettes

© Chambre d'agriculture

L’élevage des chevrettes se déroule en deux phases. Une phase lactée jusqu’à 2,5 mois et une phase post-sevrage jusqu’à la fin de gestation.

Ces deux phases n’ont pas les mêmes besoins en ventilation et si les chevrettes sont dans le même bâtiment, cela peut générer un risque sanitaire.

Une nurserie indépendante pour la phase lactée est la plus adaptée et permet un vide sanitaire entre deux périodes d’utilisation.

L’objectif est de diminuer le microbisme de la nurserie. Le vide sanitaire (un mois minimum) ne commence que lorsque la nurserie a été nettoyée et désinfectée. Le nettoyage consiste à enlever tout le fumier et les matières organiques après avoir enlevé tout le matériel mobile. Il est suivi par un lavage au nettoyeur haute pression. Ensuite, la désinfection peut avoir lieu, de préférence sur une surface humide. Les produits utilisés doivent être bactéricides, fongicides et virucides.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité