Aller au contenu principal

Préparer la bergerie pour l’agnelage

Il est recommandé de prévoir 1,5m2 d’aire paillée pour une brebis gestante.

En cas de manque de place, mieux vaut sortir un lot de brebis vides.
En cas de manque de place, mieux vaut sortir un lot de brebis vides.
© Ciirpo

Les brebis qui vont mettre bas sont prioritaires en ce qui concerne la place dans la bergerie. Mieux vaut « sortir à l’herbe » un lot de brebis vides ou en milieu de gestation que de manquer de place pour les agnelages. Les recommandations sont les suivantes pour des brebis de format moyen. Pour une brebis gestante, comptez 1,5 m² d’aire paillée et 2,5 brebis au mètre linéaire d’auge. Avec des brebis allaitantes, trois brebis au mètre linéaire d’auge peuvent manger en même temps. La surface d’aire paillée recommandée est de 1,5 m² minimum pour une brebis allaitant un agneau et 2 m² minimum pour une brebis allaitant deux agneaux, sachant que les cases d’agnelage puis les parcs à agneaux sont inclus dans ces surfaces.


Le curage est souvent obligatoire entre deux lots d’agnelage. Pour des raisons sanitaires, il est de toute façon nettement préférable à l’enlèvement du fumier au cours de la lactation. Juste avant les premières mises bas, il est possible de diviser les grands lots en petits lots de 20 à 30 brebis et de procéder à l’installation des cases d’agnelage. Il faut prévoir entre 15 et 30 % de cases d’agnelage selon le taux de prolificité. Un agencement des cases le long d’un couloir de 1,2 m de large facilite la surveillance et l’alimentation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité