Aller au contenu principal

Préserver l’emploi dans la filière en temps de grippe aviaire

L’épizootie de grippe aviaire qui touche la Nouvelle-Aquitaine semble se stabiliser. Toutefois, les conséquences sur la filière et l’emploi sont importantes. Une réunion élargie de la Commission paritaire régionale (CPRE) a permis de faire le point sur la situation fin janvier.

© A Puybasset

En faisant un bilan sur les trois derniers mois et les perspectives à venir, il y a le verre à moitié vide et le verre à moitié plein. Si l’épizootie semble se tasser, « des foyers s’évadent de la zone stabilisée, le virus circule encore, précise Philippe de Guénin, directeur de la DRAAF Nouvelle-Aquitaine. Et il est plus virulent, plus contagieux qu’avant ».

L’impact sur la filière est donc fort. Des solutions doivent être trouvées, comme l’a rappelé Jean-Michel Monneau, le président de la Commission paritaire régionale (CPRE). En cinq ans, la production, regroupée sur les Landes, les Pyrénées-Atlantiques et le Gers, a déjà perdu 25 %, soit 10 millions de canards. Sur la seule année 2020, le recul est de 13 %. La filière, qui représente 100 000 emplois directs et indirects, est mise à mal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité