Aller au contenu principal
Font Size

Fnsea79
Pression des éleveurs sur Lactalis pour le respect des contrats

Après avoir demandé aux GMS du département de déréférencer les produits du groupe Lactalis, des éleveurs sont allés vérifier le 6 décembre à Thouars dans deux des grandes surfaces de la ville si leur demande avait bien été prise en compte la demande.

La délégation syndicale s’est rendue sur le terrain pour constater le retrait des produits Lactalis des rayons du Leclerc de Thouars.
La délégation syndicale s’est rendue sur le terrain pour constater le retrait des produits Lactalis des rayons du Leclerc de Thouars.
© D. B.

Depuis des mois, la Fnsea 79 dénonce l’attitude de certaines entreprises laitières qui ne respectent pas les contrats laitiers. « Elles décident du prix du lait sans négociation avec leurs producteurs et utilisent les contrats comme alibi pour payer le lait moins cher », dénonce Alain Noirtault, président de la section lait de vache, qui conduisait la délégation d’éleveurs présente à Thouars, ce 6 décembre dans des grandes surfaces. « Ce n’est ni supportable, ni acceptable » poursuit-il.  « Les éleveurs laitiers veulent un prix juste, issu du respect de la contractualisation, des indicateurs de marchés et de la médiation des pouvoirs publics », insistait pour sa part Christophe Limoges, président de la section lait de vache régionale. Or, Lactalis a annoncé payer à ses producteurs un prix moyen sur l’année de 330€ alors que selon les indicateurs de marchés, il devrait se situer à 346€.
Le 5 décembre, un courrier a été adressé à l’ensemble des GMS du département, pour leur demander de déréférencer les produits de l’entreprise Lactalis. Le lendemain, une délégation d’une trentaine d’éleveurs venait constater à Thouars que chez E.Leclerc, la demande avait été respectée. Malheureusement, ce n’était pas le cas chez Super U ou la délégation a été reçue froidement par Jacky Barriet, le directeur de l’enseigne. Après des échanges houleux et sous la pression de la délégation, les produits laitiers du groupe mayennais ont été retirés des rayons.
L’Unell, Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis, doit rencontrer l’industriel laitier, le 19 décembre pour faire le point sur la rupture des contrats, en juillet dernier. Suivant les résultats de cette réunion, Alain Noirtault n’exclut pas « si les avancées ne sont pas satisfaisantes », d’appeler à nouveau à manifester. « Alors que les trésoreries des producteurs sont très tendues et que les marchés sont porteurs, il est intolérable de vouloir gagner encore plus sur le dos des producteurs de lait », poursuivait-il. « Par cette attitude irresponsable, ces entreprises brident toute dynamique laitière. Ce n’est pas tenable à dix-huit mois de la fin des quotas», martelait-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité