Aller au contenu principal
Font Size

Congrès de la FNSEA
Priorité aux premiers hectares et aux premiers animaux

Bilan de santé et organisation des filières ont été les points principaux de l’intervention de la FRSEA au congrès de la FNSEA.

Les délégués lors de l’ouverture du congrès à Poitiers.
Les délégués lors de l’ouverture du congrès à Poitiers.
© DR
«La FRSEA Poitou-Charentes regrette la primauté de l’hectare sur l’homme, elle soutiendra les initiatives permettant un retour plus fort sur les premiers hectares ou les premiers animaux. Si nous trouvons normale la solidarité de tous, nous devons surtout travailler au retour de la modulation vers les paysans et sur l’orientation nationale de mesures agro-environnementales ne remettant pas en cause l’avenir de nos fermes et de l’économie agricole. Et évitant de créer des distorsions régionales de ces mesures. La FRSEA se félicite du soutien apporté à l’élevage ovin mais ce n’est pas une fin en soi. L’avenir de la filière n’est pas résolu pour autant ! Le soutien à tous les hectares d’herbe dans le premier pilier ne saurait engendrer des contraintes de productions supplémentaires ; tous les hectares doivent être éligibles sans condition de pâturage. L’aide protéine, c’est bien, mais ce n’est pas un plan pour l’avenir. La FRSEA s’investit pour répondre efficacement au besoin du marché de la bio. Nous nous investissons aussi beaucoup pour la restructuration de la filière laitière (vache et chèvre) en Charentes-Poitou (Vendée comprise). Une aide à la chèvre est facile à traduire en baisse de prix du lait et rajoute de la conditionnalité. On se souvient de l’ADL qui n’est jamais revenue dans la poche du producteur. Si une aide à la chèvre peut être utile, elle doit être illisible au regard du marché actuellement porteur. Avec plus de 70% de la production fromagère caprine dans les mains de quatre coopératives régionales, les enjeux sont ailleurs ! Un effort certain est demandé aux producteurs de grandes cultures (10 ?/tonne et 20% du revenu chez nous).La FRSEA Poitou-Charentes considère une telle baisse de revenu insupportable pour beaucoup et salue l’obtention des mesures d’accompagnement par la FNSEA. Globalement, elle sera attentive aux situations individuelles particulières engendrées par le bilan de santé. Enfin, il nous apparaît utile d’apporter de la simplicité et de la lisibilité dans l’application des décisions et souhaitable de faire rapidement les derniers arbitrages pour passer à l’essentiel : l’organisation des filières, le marché et les prix pour construire notre revenu. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité