Aller au contenu principal
Font Size

Privés de « Semaine des primeurs », les grands crus se réinventent

© Académie du vin de Bordeaux

Chaque année début avril, les grands crus bordelais font déguster à des invités du monde entier leur vin primeur, le dernier millésime qui ne sera commercialisable au grand public qu'environ deux ans plus tard. C'est la « Semaine des primeurs ». Acheteurs, négociants et journalistes se pressent de château en château, et notent les grands crus, ce qui fixera les prix. Puis des courtiers mettent en relation propriétaires et négociants, qui achètent un vin qui continuera sa maturation en fûts. Ce système multicentenaire permet à quelque 400 domaines de vendre leur vin avant même qu'il soit dans les boutiques et donc d'assurer des rentrées de trésorerie immédiates. « On ne peut pas envisager de fixation de prix tant que les vins n'auront pas été dégustés », résume Ronan Laborde, président de l'Union des grands crus classés de Bordeaux (UGCB) qui organise pour ses 134 membres les dégustations. Du coup, les grands crus ont décidé d'aller à la rencontre des acheteurs dans une douzaine de métropoles américaines, européennes et asiatiques : « Les acheteurs auront à disposition des informations écrites, orales mais aussi en vidéo de nos membres qui vont parler de ce millésime et expliquer le travail effectué sur la propriété », explique Ronan Laborde. Avant l'étranger, le millésime 2019 sera présenté « sur la place de Bordeaux » vers la mi-juin, espère-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité