Aller au contenu principal

Privés de « Semaine des primeurs », les grands crus se réinventent

© Académie du vin de Bordeaux

Chaque année début avril, les grands crus bordelais font déguster à des invités du monde entier leur vin primeur, le dernier millésime qui ne sera commercialisable au grand public qu'environ deux ans plus tard. C'est la « Semaine des primeurs ». Acheteurs, négociants et journalistes se pressent de château en château, et notent les grands crus, ce qui fixera les prix. Puis des courtiers mettent en relation propriétaires et négociants, qui achètent un vin qui continuera sa maturation en fûts. Ce système multicentenaire permet à quelque 400 domaines de vendre leur vin avant même qu'il soit dans les boutiques et donc d'assurer des rentrées de trésorerie immédiates. « On ne peut pas envisager de fixation de prix tant que les vins n'auront pas été dégustés », résume Ronan Laborde, président de l'Union des grands crus classés de Bordeaux (UGCB) qui organise pour ses 134 membres les dégustations. Du coup, les grands crus ont décidé d'aller à la rencontre des acheteurs dans une douzaine de métropoles américaines, européennes et asiatiques : « Les acheteurs auront à disposition des informations écrites, orales mais aussi en vidéo de nos membres qui vont parler de ce millésime et expliquer le travail effectué sur la propriété », explique Ronan Laborde. Avant l'étranger, le millésime 2019 sera présenté « sur la place de Bordeaux » vers la mi-juin, espère-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité