Aller au contenu principal

Réaction syndicale
Produits laitiers : la braderie encore et encore

Promotion de fin septembre
© DR

Les producteurs laitiers ont été stupéfaits de découvrir, lors d’une visite au Leclerc Mendès France de Niort, une promotion sur le beurre AOP Grand fermage.

« Nous sommes désabusés face à cette nouvelle provocation de la part des GMS. Nous avions déjà dénoncé la même promotion que celle-ci fin septembre, les mois passent et les magasins changent, les méthodes restent !

Cette promotion, où la 3e plaquette de beurre est offerte pour deux plaquettes achetées, est destructrice. Ainsi, la plaquette est vendue à 1,19 € avec la promotion. À titre de comparaison, et les enseignes en ont largement fait la publicité, le prix d’une plaquette de marque distributeur est de 1,75 € ! Les autres beurres AOP, produits par d’autres laiteries, se vendent autour de 2 € la plaquette en magasin : pourquoi une telle différence ?

Depuis les États généraux de l’alimentation, le coût de production doit être intégré dans le prix de vente afin de permettre aux agriculteurs d’avoir un revenu décent de leur activité. À l’évidence, un tel prix ne couvre absolument pas les coûts de production des éleveurs.

Enfin, il s’agit de beurre haut de gamme, qui bénéficie d’une appellation d’origine protégée. Le cahier des charges de cette appellation se durcit et les producteurs vont devoir supporter de nouvelles contraintes, notamment dans l’alimentation de leurs vaches. Le renouvellement des générations en agriculture, et particulièrement dans la filière laitière, est une réalité et doit être pris à bras-le-corps par tous les acteurs de la chaîne alimentaire. Et cela commence par des prix décents à la production comme dans les magasins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Petites villes de demain : le programme pour relancer les communes rurales

Dans les Deux-Sèvres, 18 communes ont été retenues pour bénéficier du programme « Petites villes de demain ». Les EPCI de l’…

Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Publicité