Aller au contenu principal

Bio
Promouvoir et développer la production en agriculture biologique

La chambre régionale d’agriculture et Agrobio Poitou-Charentes sont partenaires pour le développement de l’agriculture biologique dans la région.

Daniel Rouvreau, président de la Chambre régionale d’agriculture et René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes ont signé une convention de partenariat pour le développement de la production en agriculture biologique dans la région.
Daniel Rouvreau, président de la Chambre régionale d’agriculture et René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes ont signé une convention de partenariat pour le développement de la production en agriculture biologique dans la région.
© Sylvie Beausse
Dans la continuité du Plan stratégique de développement de l’agriculture biologique (PSDAB) pour la région Poitou-Charentes, les cinq chambres d’agriculture et Agrobio Poitou-Charentes ont mis en place un partenariat spécifique afin d’atteindre les objectifs fixés dans ce plan. « L’objectif est d’atteindre 5 % des exploitations de la région en production biologique », a indiqué René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes, ce 21 avril 2008 lors de la signature de cette convention de partenariat.
Aujourd’hui, cette association recense 449 exploitations en production biologique déclarées à un organisme certificateur sur les 18 700 exploitations que compte la région. Une centaine de plus est l’objectif pour la fin d’année 2008. « D’ores et déjà, on en dénombre une soixantaine de plus avec les déclarations PAC de cette année. Il y a aussi ceux qui n’ont pas d’aides PAC et ceux qui pensent à se convertir pour les semis d’automne ». Pour le président d’Agrobio Poitou-Charentes et les présidents des chambres d’agriculture, il s’agit de mettre en place des actions, pour identifier les agriculteurs qui s’interrogent sur ce type de production, les informer sur les obligations, les techniques, la réglementation, les accompagner dans la conversion de la production conventionnelle à la production biologique.
Les signataires de cette convention précisent que « le développement doit prendre en considération des priorités essentielles que sont l’autonomie de décision des agriculteurs, l’équilibre économique et social, et plus largement la durabilité des exploitations ». La demande du marché est forte pour toutes les filières et si la production biologique est techniquement plus exigeante, les prix à la production sont aussi plus élevés de l’ordre de 30 %.
Pour passer le cap de la conversion les deux premières années où les produits ne sont pas encore qualifiés bio, les producteurs bénéficient d’aides. Un crédit d’impôt est également accordé aux producteurs.
Sylvie Beausse
CHAMBRE D’AGRICULTURE
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité