Aller au contenu principal

Bio
Promouvoir et développer la production en agriculture biologique

La chambre régionale d’agriculture et Agrobio Poitou-Charentes sont partenaires pour le développement de l’agriculture biologique dans la région.

Daniel Rouvreau, président de la Chambre régionale d’agriculture et René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes ont signé une convention de partenariat pour le développement de la production en agriculture biologique dans la région.
Daniel Rouvreau, président de la Chambre régionale d’agriculture et René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes ont signé une convention de partenariat pour le développement de la production en agriculture biologique dans la région.
© Sylvie Beausse
Dans la continuité du Plan stratégique de développement de l’agriculture biologique (PSDAB) pour la région Poitou-Charentes, les cinq chambres d’agriculture et Agrobio Poitou-Charentes ont mis en place un partenariat spécifique afin d’atteindre les objectifs fixés dans ce plan. « L’objectif est d’atteindre 5 % des exploitations de la région en production biologique », a indiqué René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes, ce 21 avril 2008 lors de la signature de cette convention de partenariat.
Aujourd’hui, cette association recense 449 exploitations en production biologique déclarées à un organisme certificateur sur les 18 700 exploitations que compte la région. Une centaine de plus est l’objectif pour la fin d’année 2008. « D’ores et déjà, on en dénombre une soixantaine de plus avec les déclarations PAC de cette année. Il y a aussi ceux qui n’ont pas d’aides PAC et ceux qui pensent à se convertir pour les semis d’automne ». Pour le président d’Agrobio Poitou-Charentes et les présidents des chambres d’agriculture, il s’agit de mettre en place des actions, pour identifier les agriculteurs qui s’interrogent sur ce type de production, les informer sur les obligations, les techniques, la réglementation, les accompagner dans la conversion de la production conventionnelle à la production biologique.
Les signataires de cette convention précisent que « le développement doit prendre en considération des priorités essentielles que sont l’autonomie de décision des agriculteurs, l’équilibre économique et social, et plus largement la durabilité des exploitations ». La demande du marché est forte pour toutes les filières et si la production biologique est techniquement plus exigeante, les prix à la production sont aussi plus élevés de l’ordre de 30 %.
Pour passer le cap de la conversion les deux premières années où les produits ne sont pas encore qualifiés bio, les producteurs bénéficient d’aides. Un crédit d’impôt est également accordé aux producteurs.
Sylvie Beausse
CHAMBRE D’AGRICULTURE
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité