Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Bio
Promouvoir et développer la production en agriculture biologique

La chambre régionale d’agriculture et Agrobio Poitou-Charentes sont partenaires pour le développement de l’agriculture biologique dans la région.

Daniel Rouvreau, président de la Chambre régionale d’agriculture et René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes ont signé une convention de partenariat pour le développement de la production en agriculture biologique dans la région.
Daniel Rouvreau, président de la Chambre régionale d’agriculture et René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes ont signé une convention de partenariat pour le développement de la production en agriculture biologique dans la région.
© Sylvie Beausse
Dans la continuité du Plan stratégique de développement de l’agriculture biologique (PSDAB) pour la région Poitou-Charentes, les cinq chambres d’agriculture et Agrobio Poitou-Charentes ont mis en place un partenariat spécifique afin d’atteindre les objectifs fixés dans ce plan. « L’objectif est d’atteindre 5 % des exploitations de la région en production biologique », a indiqué René Delaporte, président d’Agrobio Poitou-Charentes, ce 21 avril 2008 lors de la signature de cette convention de partenariat.
Aujourd’hui, cette association recense 449 exploitations en production biologique déclarées à un organisme certificateur sur les 18 700 exploitations que compte la région. Une centaine de plus est l’objectif pour la fin d’année 2008. « D’ores et déjà, on en dénombre une soixantaine de plus avec les déclarations PAC de cette année. Il y a aussi ceux qui n’ont pas d’aides PAC et ceux qui pensent à se convertir pour les semis d’automne ». Pour le président d’Agrobio Poitou-Charentes et les présidents des chambres d’agriculture, il s’agit de mettre en place des actions, pour identifier les agriculteurs qui s’interrogent sur ce type de production, les informer sur les obligations, les techniques, la réglementation, les accompagner dans la conversion de la production conventionnelle à la production biologique.
Les signataires de cette convention précisent que « le développement doit prendre en considération des priorités essentielles que sont l’autonomie de décision des agriculteurs, l’équilibre économique et social, et plus largement la durabilité des exploitations ». La demande du marché est forte pour toutes les filières et si la production biologique est techniquement plus exigeante, les prix à la production sont aussi plus élevés de l’ordre de 30 %.
Pour passer le cap de la conversion les deux premières années où les produits ne sont pas encore qualifiés bio, les producteurs bénéficient d’aides. Un crédit d’impôt est également accordé aux producteurs.
Sylvie Beausse
CHAMBRE D’AGRICULTURE
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité