Aller au contenu principal
Font Size

Commerce
Quand les céréales prennent la mer

La 27e Journée Céréales organisée par le port de Rouen a réuni les principaux acteurs de la filière sur les quais de la capitale haut-normande.

Un céréalier il y a quelques jours à Rouen-Grand Couronne.
Un céréalier il y a quelques jours à Rouen-Grand Couronne.
© M. Burel

Rouen est depuis plus de trente ans le premier port d’exportation de céréales (à 90 blé tendre et orge, mais aussi blé dur, pois, féveroles, maïs) en Europe occidentale. Durant la campagne 2012-2013, 6,63 millions de tonnes ont transité par ses terminaux, en progression de 8 par rapport à la campagne précédente. Le port céréalier rouennais s’est renforcé en 2013 par notamment la création, par Interface Céréales et Axéréal, de Granit Céréales, de commercialisation de grains via Haropa-Port de Rouen, opérationnelle en ce printemps 2014. Rouen et son agglomération comptent, en bord de Seine, quatre opérateurs recevant le grain, le stockant, le préparant pour chargement : Lecureur, Sénalia (voir Focus), Simarex, Soufflet. Autre opérateur : Pastacorp qui importe du blé dur. Les exportations sont à ce point importantes pour la filière que les nombreux impératifs mondiaux doivent être pris en considération. Philippe Chalmin, professeur à l’Université Paris Dauphine et président de Cyclope rappelle que les grandes sources de tensions climatiques, géopolitiques, économiques et climatiques sont des éléments qui ont de sérieuses incidences sur l’ensemble des marchés des matières premières. « Un nouveau El Nino aurait des conséquences pour les céréales, notamment en Australie. Quant aux soubresauts géopolitiques qui touchent l’Ukraine, ils posent la question du transport des céréales russes à l’exportation sur le territoire ukrainien en cas de fermeture des frontières. La Chine est aussi à surveiller car elle est devenue une grande importatrice de céréales, mais des incertitudes pèsent sur la poursuite de sa croissance à un taux élevé » résume-t-il.


Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité