Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Commerce
Quand les céréales prennent la mer

La 27e Journée Céréales organisée par le port de Rouen a réuni les principaux acteurs de la filière sur les quais de la capitale haut-normande.

Un céréalier il y a quelques jours à Rouen-Grand Couronne.
Un céréalier il y a quelques jours à Rouen-Grand Couronne.
© M. Burel

Rouen est depuis plus de trente ans le premier port d’exportation de céréales (à 90 blé tendre et orge, mais aussi blé dur, pois, féveroles, maïs) en Europe occidentale. Durant la campagne 2012-2013, 6,63 millions de tonnes ont transité par ses terminaux, en progression de 8 par rapport à la campagne précédente. Le port céréalier rouennais s’est renforcé en 2013 par notamment la création, par Interface Céréales et Axéréal, de Granit Céréales, de commercialisation de grains via Haropa-Port de Rouen, opérationnelle en ce printemps 2014. Rouen et son agglomération comptent, en bord de Seine, quatre opérateurs recevant le grain, le stockant, le préparant pour chargement : Lecureur, Sénalia (voir Focus), Simarex, Soufflet. Autre opérateur : Pastacorp qui importe du blé dur. Les exportations sont à ce point importantes pour la filière que les nombreux impératifs mondiaux doivent être pris en considération. Philippe Chalmin, professeur à l’Université Paris Dauphine et président de Cyclope rappelle que les grandes sources de tensions climatiques, géopolitiques, économiques et climatiques sont des éléments qui ont de sérieuses incidences sur l’ensemble des marchés des matières premières. « Un nouveau El Nino aurait des conséquences pour les céréales, notamment en Australie. Quant aux soubresauts géopolitiques qui touchent l’Ukraine, ils posent la question du transport des céréales russes à l’exportation sur le territoire ukrainien en cas de fermeture des frontières. La Chine est aussi à surveiller car elle est devenue une grande importatrice de céréales, mais des incertitudes pèsent sur la poursuite de sa croissance à un taux élevé » résume-t-il.


Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un magasin à la ferme pour faire Coop chez vous
Les 12 et 13 juin, Mickaël et Pascale Boudier vont inaugurer La Gâtinelle, leur magasin à la ferme, à Gourgé. Fruit d’un…
Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Publicité