Aller au contenu principal

Tracteur Tour
Quand YouTube permet de parler d’agriculture

Tout le monde connaît les agriculteurs, et tout le monde connaît les YouTubeurs. Mais il y a aussi les AgriYouTubeurs ! En France, une dizaine d’entre eux ont plus de 20 000 abonnés, dont cinq ont participé, du 20 au 25 mai, au Tracteur Tour.  

Jean-Loup Chatard étant retourné ponctuellement sur sa ferme, quatre des cinq agriyoutubers étaient présents à Mauléon : Alexandre Richard (Alexandre de Prodealcenter), David Forge (La chaîne agricole), Alexandre Pérault (Alex agriculture Vienne) et Gaël Blard.
© Honoré Sarrazin

«Quand on fait des vidéos, on est un peu seul, même si on voit qu’elles sont suivies et qu’il y a beaucoup de commentaires. On n’a pas l’impression que les gens sont là.

«Quand on fait des vidéos, on est un peu seul, même si on voit qu’elles sont suivies et qu’il y a beaucoup de commentaires. On n’a pas l’impression que les gens sont là. Là, on en a vu, des gens ! », lance Alexandre Pérault. Le céréalier de Saint-Sauvant, dans la Vienne, ne s’attendait pas à l’accueil que lui et quatre autres agriculteurs YouTubeurs ont reçu.

Partis le 20 mai de Châteauroux, ils ont parcouru un peu plus de 800 km, fait une douzaine d’étapes, dont une à Mauléon le 21 mai (photos ci-dessous), pour revenir le 25 mai, « encore plus motivés pour communiquer », après avoir croisé près de 2 000 personnes. Car à chacune des étapes (soit deux fois par jour), des échanges avec les élus, mais surtout avec tous ceux qui voulaient les rencontrer, étaient prévus.

tracteur tour

« Il faut montrer notre quotidien »

Jeudi 20 mai, c’est à Mirebeau qu’une pause était organisée. Après avoir garé leurs tracteurs, les deux Alexandre, Gaël et David se sont installés dans le Prieuré de la commune (le 5e AgriYouTubeur, Jean-Loup, n’était pas présent). Face à eux, une cinquantaine d’agriculteurs, des familles avec des enfants, et même des adolescents venus seuls pour les rencontrer. Quelques élus locaux aussi, comme le maire, mais aussi Nicolas Turquois. Le député, lui même agriculteur, est persuadé de l’intérêt d’une telle communication.

« Il faudrait que chaque agriculteur emmène ses voisins, les gens des alentours, sur son exploitation. Ça résoudrait beaucoup de problèmes et de tensions. Il faut montrer notre quotidien, comme vous le faites ». Les AgriYouTubeurs sont sur la même longueur d’onde.  « Quand on entend parler d’agriculture, c’est rarement un agriculteur qui parle... et beaucoup de bêtises sont dites » ! estime Alexandre Pérault, qui se félicite d’avoir pu parler d’agriculture avec autant de monde. « C’est fantastique, on ne s’attendait pas à un tel accueil. Les gens étaient contents de nous voir et de parler d’agriculture avec nous ».

Des personnes souvent proches du monde agricole, heureuses de les voir en chair et en os.  « On a croisé un monsieur qui avait fait deux heures de route pour venir nous voir », s’étonne Alexandre Richard. Ce céréalier de l’Indre n’en revient pas d’avoir vu parfois 300 personnes, le temps des étapes. Le maire de Mirebeau avait d’ailleurs préparé une présentation du territoire : tourisme, mais aussi agriculture locale, avec des témoignages de viticulteurs et de producteurs d’échalions. Une découverte de productions et produits locaux qui s’est faite lors de chaque étape.

Mardi, dernier jour du Tracteur Tour, une nouvelle étape s’est déroulée dans la Vienne, à Saint-Gervais-les-Trois Clochers. Devant la salle des fêtes mise à disposition par la mairie, et avant un déjeuner concocté par un restaurateur local, une soixantaine de personnes sont venues rencontrer les AgriYouTubeurs, qui n’ont pas hésité à remettre des casquettes, ballons, chapeaux, autocollants, planches à découper et autres gyrophares, autant de goodies offerts par les partenaires de l’évènement.
Et la suite? On n’a pas encore de date, mais il se dit que c’est dans le sud-est de la France, du côté de l’exploitation de Gaël Blard, que l’édition de 2022 pourrait se dérouler.

Retrouvez tous les contenus sur la chaîne Youtube dédiée Tracteur Tour

Se lancer comme AgriYouTubeur ?

Même s’il est difficile de recenser les agriculteurs qui ont créé leur chaîne YouTube pour y parler de leur métier, les cinq du Tracteur Tour estiment qu’ils sont une trentaine en France, et que moins de 15 comptent plus de 20 000 abonnés. C’est peu, mais ce n’est pas impossible que le Tracteur Tour ait suscité de nouvelles vocations. D’autant qu’un agriculteur sur trois est présent sur les réseaux sociaux, surtout sur Facebook et YouTube. Et quand on demande à Alexandre Pérault comment on fait pour « percer » et obtenir tant de vues, il avoue qu’il n’a pas de secret. « Je pense qu’il faut avant tout être naturel. Je travaille sur mon exploitation comme avant. Je fais mon travail, et je le filme, c’est tout. Je crois que ce qui est le plus important, c’est de rester honnête, et soi-même ». Un naturel qui se ressent vraiment dans ses vidéos. « J’ai choisi de m’adresser à quelqu’un, en le tutoyant, car personnellement, quand je regarde une vidéo, je suis très souvent seul, donc ça me paraît logique de m’adresser à la personne qui me regarde ». À eux cinq, les deux Alexandre, Gaël, Jean-Loup et David cumulent 306 000 abonnés.       

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
PaillÔtop, le matériel qui botte les éleveurs
Le Gaec du Vieux Chêne, à Luché-Thouarsais, utilise la pailleuse automatique d’ALB Innovation depuis le début de l’année. L’…
Publicité