Aller au contenu principal

Emploi saisonnier
Quatre-vingts jeunes pour castrer 150 hectares de maïs semence

La SCEA Val d'As prend en charge la production de 150 hectares de maïs semence pour le compte de quatre exploitations. Cette spécialisation de l'activité permet aussi de mieux répondre aux règles exigeantes de l'emploi saisonnier.

Baptiste (sur la photo), Jean-François, Anne-Charlotte... Ils sont 80 cet été, employés par la SCEA Val d'As, à castrer les maïs. Un job d'été pour l'essentiel d'entre eux. Un travail qui demande de la rigueur.
Baptiste (sur la photo), Jean-François, Anne-Charlotte... Ils sont 80 cet été, employés par la SCEA Val d'As, à castrer les maïs. Un job d'été pour l'essentiel d'entre eux. Un travail qui demande de la rigueur.
© N.C.

Si le contrôleur comptabilise plus de 5 autofécondations sur 1 000 pieds, la parcelle est broyée. Nous attendons de nos arracheurs une certaine rapidité. Nous exigeons surtout qu'ils soient attentifs". Chaque année en juin, la SCEA Val D'As, spécialisée dans la production de maïs semences, recrute 80 jeunes pour l'étape de la castration des maïs. En amont de la saison, un travail est mené avec Pôle emploi. Les candidats ont deux samedis pour présenter leur candidature. Les inscriptions se font à la mairie d'Assais-les-Jumeaux. Globalement, il y a autant de demandes que de besoins. De nombreux jeunes reviennent d'une année sur l'autre. La castration du maïs est avant tout un "job d'été "convoité par les lycéens ou étudiants. "Nous leur offrons entre 157 heures de travail sur l'été pour ceux qui font toute la saison et 50 heures pour ceux qui n'interviennent que sur l'étape consistant à arracher les panicules", détaille Jean-Pierre Cesbron, l'un des gérants de l'entreprise. A lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité