Aller au contenu principal

Qu’attendre des récoltes de méteils de cette année ?

L’implantation des méteils à l’automne 2019 a été compliquée en raison des excès d’eau hivernaux. Les semis s’étalent de fin septembre à début décembre, les stades et les rendements sont donc très variables en fonction de la date de semis.

© CA

Les essais mis en place par les chambres d’agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres sur le méteil ont démarré avec la collecte des données de la première date de récolte. Pour les essais en bande semés à Surgères fin octobre, le stade optimal pour récolter des méteils à haute valeur protéique était atteint mi-avril. Le 16 avril, les céréales étaient au stade « dernière feuille étalée », les vesces et pois étaient peu ou non fleuris, les féveroles étaient fleuries sur quatre étages et enfin, le trèfle incarnat était en début de floraison.

Fin septembre

L’automne 2019 et l’hiver 2020 ont été très doux et pluvieux, ce qui a eu des conséquences néfastes au développement de certains méteils. En fonction de la date d’implantation, les méteils n’ont pas souffert des mêmes ravageurs. Avec des cultures implantées fin septembre sans féverole, il n’y a eu que les bas de parcelles inondées qui ont été endommagés. Globalement, les méteils se sont bien développés.

Fin octobre

Pour ceux implantés fin octobre, comme pour l’essai de Surgères, la difficulté a été de trouver un créneau pour rentrer dans la parcelle. Ensuite, les limaces ont fait des dégâts importants sur les pieds de céréales, avec - 50 % sur le nombre de pieds/m². Enfin, les féveroles, qui sont des légumineuses craignant le froid et l’humidité, ont été pénalisées par l’automne et l’hiver très humide. Les feuilles noircies sont tombées, la perte s’exprime en matière verte et donc le rendement devrait être amoindri avec 3,3 à 5,5 tMS/ha selon les estimations réalisées via l’application Merci.

Début décembre

Les semis de début décembre ont rencontré le mois le plus « sec » de la fin d’année 2019, ce qui a permis d’entrer dans les parcelles. Les limaces ont fait très peu de dégâts et les féveroles n’ont pas eu autant d’eau et se sont développées sans encombre. Même si aujourd’hui ils sont moins hauts que les autres, en termes de rendement (5 tMS/ha), ils sont suffisamment proches des méteils semés en octobre car ils n’ont pas eu autant de bioagresseurs, bien que l’avoine et, dans une moindre mesure, le triticale, soient remplis de rouille et de virose.

Attendre la pluie pour la première récolte

Le mois d’avril s’annonce plus sec que les six mois précédents. De ce fait, si les céréales montrent des signes de stress hydrique avant de récolter, il est préférable d’attendre que tombent quelques millimètres de pluie. Les valeurs de MAT seront ainsi plus importantes. La deuxième collecte dans les essais, à Surgères, Boismé ou Melleran, est prévue cette dernière semaine d’avril pour voir l’impact d’une récolte plus tardive de ces méteils sur la qualité et le rendement.
Pour en savoir plus concernant les résultats d’analyse et les éléments de la deuxième collecte, il faudra donc patienter. Mais pour plus d’informations, il est possible de consulter les résultats des essais méteils 2019 sur les sites chambre d’agriculture 17 et 79.
 

À lire aussi : l'importance du méteil pour diversifier ses fourrages

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité