Aller au contenu principal

Pratique
Quelques conseils pour économiser de l'essence

Daniel Collin, technicien à la chambre d'agriculture, revient sur quelques règles simples pour éviter les coups de pompe.

.
.
© DR

A défaut de pouvoir peser sur le prix, nombreux sont ceux qui travaillent à la réduction de la consommation. Les approches sont diverses. L’application des règles de bon sens est un premier pas. Mais pour Daniel Colin, technicien machinisme à la chambre d’agriculture l’économie substantielle est ailleurs. À côté du critère rendement doit apparaître le critère charges à l’hectare dont le carburant est une composante qui pèse de plus en plus lourd.

1. Stratégie d’entreprise
Plus ou moins100 l de fioul/ha, telle est la consommation moyenne admise. En gérant différemment l’exploitation du parcellaire, les agriculteurs peuvent réduire la consommation de carburant.
Travail du sol : Réduire la profondeur des travaux est facteur d’économie. « En remontant la profondeur d’intervention de 2 centimètres, la consommation de carburant peut chuter de 20% », affirme Daniel Colin.
En réduisant le nombre de passages, l’agriculteur réduit ses charges de carburant. Les interventions sont décidées selon le climat et l’état du sol pour assurer une bonne levée et un développement correct du système racinaire des cultures. « Pour réduire le nombre de passages, l’agriculteur tout au long de l’année doit prendre soin de ses terrains », note l’expert.  

2. Le matériel
Il doit être en phase avec les besoins. Le choix est fonction des itinéraires culturaux. « Une puissance inadaptée est gourmande en carburant », alerte le technicien.  
Le poids : il y a un compromis difficile à trouver. Pour les travaux demandant beaucoup de traction, le tracteur doit être suffisamment lourd pour avoir une bonne adhérence. Pour les outils animés par la prise de force, c’est l’inverse. Le technicien rappelle l’incidence du poids sur la consommation du tracteur.
Options, équipements :  les constructeurs rivalisent d’ingéniosité. De nombreuses options permettent aujourd’hui d’infléchir la consommation à l’hectare.
- Les prises de force à régime économique (540 tr/min économique ou 1000 tr/min économique) permettent une moindre consommation. Les résultats d’essais sur le terrain révèlent une économie de 18 à 23 %. « Sans cette option, explique Daniel Colin, si le tracteur entraîne une prise de force à 540 tr/min ou 1000 tr/min avec un régime moteur de 2000 tr/min et 2200 tr/min  sa consommation en  carburant sera importante à partir du moment ou le moteur n’est pas en pleine charge. L’option éco permet de descendre le régime moteur à 1600 - 1700 tr/min ».
- Ce qui est vrai pour l’entraînement de la prise de force est vrai pour la conduite sur route. Sur le marché, on trouve désormais des tracteurs pouvant rouler à 40 km/h à un régime moteur économe de 1700 tr/min. Les résultats des essais effectués à la chambre d’agriculture confirment l’intérêt de cette option.
Entretien : certains pneumatiques sont mieux adaptés au  labour , ou au travail superficiel du sol, ou d’autres au transport. Le choix est le résultat d’un compromis. On préférera, généralement ménager la structure des sols et, quand c’est possible, la spécialisation du tracteur. Le gonflage doit être approprié aux travaux effectués. Il convient de peser les essieux l’un après l’autre pour en déterminer la contrainte de charge. Selon les préconisations du manufacturier, la pression des pneus sera alors adaptée au poids en charge (plus faible dans les champs, plus élevée sur la route).
Comment peser : « Si le tracteur est attelé à un combiné herse rotative ou à une charrue, la pesée de l’essieu arrière se fait matériel levé. La pesée de l’essieu avant, se fait matériel posé au sol », rappelle Daniel Colin.
- L’entretien du tracteur est un élément à ne pas négliger. Filtre à air, à huile et à fioul doivent être changés régulièrement et la viscosité des lubrifiants doit être adaptée au besoin du matériel.  
Utilisation : recommandation sur l’attelage des outils : « Les bras de relevage doivent être montants vers le tracteur pendant le travail. Cette position favorise l’adhérence, tout comme le lestage. Pour les travaux du sol demandant beaucoup de traction , il faut obtenir un poids de 45 à 50 kg par cv selon la vitesse d’avancement ».

3. Recommandations
Pour apprécier au plus juste la consommation de fioul Daniel Colin recommande l’installation d’un volucompteur sur la pompe à fioul. Cet ensemble est complété par un filtre permettant de protéger le système d’injection des moteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité