Aller au contenu principal
Font Size

Qu’en sera-t-il de l’agriculture une fois les projecteurs éteints ?

Tribune, le salon permet de sensibiliser le grand public et les politiques aux questions agricoles. Tout le monde s’y rend avec beaucoup d’affection mais les agriculteurs attendent davantage.

Alors que les concours s’enchaînent, ici celui de la race parthenaise, les agriculteurs aimeraient que leurs difficultés, les portes du salon de l’agriculture fermées, continuent de mobiliser.
Alors que les concours s’enchaînent, ici celui de la race parthenaise, les agriculteurs aimeraient que leurs difficultés, les portes du salon de l’agriculture fermées, continuent de mobiliser.
© C.P.

La ferme digitale, la ferme connectée ou encore la ferme ce lieu de production d’énergies… Non loin des produits, signature de l’identité agricole et des traditions des différentes régions de France, à quelques allées des animaux, emblèmes des savoir-faire de toute une profession, l’agriculture du XXIe siècle s’exposait au salon de l’agriculture à Paris. Si la finalité du travail des exploitants agricoles de France est la même aujourd’hui qu’hier, la manière d’y tendre change. C’est incontestable. Pour élever les belles parthenaises, en concours vendredi 3 mars, ou encore les agneaux de races bouchères qui donneront les succulents gigots labellisés en Label Rouge le Diamandin, les éleveurs ont, via les nouvelles technologies, de nombreux outils pour, tout en améliorant les conditions de travail des hommes et les conditions de vie de l’animal, améliorer la productivité, l’impact environnemental de leur activité, la rentabilité de leurs exploitations. Un dernier point, qui en période de crise, sans être plus important que les deux précédents, raisonne comme prioritaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité