Aller au contenu principal

Qu’en sera-t-il de l’agriculture une fois les projecteurs éteints ?

Tribune, le salon permet de sensibiliser le grand public et les politiques aux questions agricoles. Tout le monde s’y rend avec beaucoup d’affection mais les agriculteurs attendent davantage.

Alors que les concours s’enchaînent, ici celui de la race parthenaise, les agriculteurs aimeraient que leurs difficultés, les portes du salon de l’agriculture fermées, continuent de mobiliser.
Alors que les concours s’enchaînent, ici celui de la race parthenaise, les agriculteurs aimeraient que leurs difficultés, les portes du salon de l’agriculture fermées, continuent de mobiliser.
© C.P.

La ferme digitale, la ferme connectée ou encore la ferme ce lieu de production d’énergies… Non loin des produits, signature de l’identité agricole et des traditions des différentes régions de France, à quelques allées des animaux, emblèmes des savoir-faire de toute une profession, l’agriculture du XXIe siècle s’exposait au salon de l’agriculture à Paris. Si la finalité du travail des exploitants agricoles de France est la même aujourd’hui qu’hier, la manière d’y tendre change. C’est incontestable. Pour élever les belles parthenaises, en concours vendredi 3 mars, ou encore les agneaux de races bouchères qui donneront les succulents gigots labellisés en Label Rouge le Diamandin, les éleveurs ont, via les nouvelles technologies, de nombreux outils pour, tout en améliorant les conditions de travail des hommes et les conditions de vie de l’animal, améliorer la productivité, l’impact environnemental de leur activité, la rentabilité de leurs exploitations. Un dernier point, qui en période de crise, sans être plus important que les deux précédents, raisonne comme prioritaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité