Aller au contenu principal

Aides
Déclaration Pac : questions autour de la production de fourrage

© Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

À l’heure des déclarations Pac, des questions se posent sur les codes à utiliser pour certaines cultures céréalières qui pourraient devenir fourragères, compte tenu de la situation de ce début mai 2021 et de la stratégie à adopter pour assurer les besoins en fourrages.

Comment doit-on déclarer les céréales fourragères ?

De manière générale, les céréales doivent être déclarées avec le code correspondant de la catégorie 1.1 – Céréales et pseudo-céréales de la notice « Cultures et précisions ». Le principe est que les cultures habituellement récoltées en grains et qui ne disposent pas d’un code dédié dans la catégorie fourrages doivent être déclarées avec le code correspondant à la culture récoltée en grains. Par exception à cette règle, lorsqu’un exploitant demande le bénéfice de l’ICHN, il ne peut pas utiliser ces codes cultures pour des céréales auto-consommées lorsqu’elles ne sont pas récoltées en grains. Pour que ces surfaces soient comptabilisées en fourrages, il convient de les déclarer avec le code FAG précision 001 dans le cas d’une céréale ensilée ou enrubannée. Dans le cas d’une céréale pâturée ou fauchée en vert, il faut mettre le code GFP ou PTR (code prairies temporaires), à l’exception du maïs en vert, qui doit être déclaré avec le code MIS.

Comment déclarer le sorgho fourrager ensilé ou pâturé ?

Le code SOG est à privilégier. Les exploitants qui souhaitent voir le sorgho pris en compte comme fourrage dans le cadre de l’ICHN peuvent le déclarer, s’il est ensilé, avec le code FAG, précision 001 (céréales ensilées), ou s’il est pâturé ou fauché, avec le code GFP (autre graminée pure de cinq ans ou moins) ou PTR s’il s’agit d’un mélange sorgho-autre graminée.

Comment déclarer les fourrages qui ne peuvent être codés FAG ?

La navette fourragère peut être déclarée avec le code CHF (chou fourrager, la navette étant aussi une crucifère). La chicorée peut être déclarée avec le code PTR (car il s’agit d’une espèce herbacée pâturable). Les mélanges fourragers de protéagineux supérieurs à 50 % + céréales (et/ou oléagineux) doivent être déclarés avec le code CPL. Pour des mélanges avec des graminées, la présence de graminées implique d’utiliser un code prairies temporaires.

D’autres questions sont disponibles dans la foire aux questions Pac sur le site de la chambre d’agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Les travaux vont pouvoir commencer pour sept réserves

Jeudi 28 mai, le Tribunal administratif de Poitiers a rendu une première décision concernant l’autorisation environnementale…

Publicité