Aller au contenu principal

Raffermissement des prix attendu dans les prochains mois

« On est sortis de l'ornière », annonce Benoît Rouyer, économiste à la Maison du lait, au sujet de la filière laitière. Les cours mondiaux des produits laitiers remontent, particulièrement pour le beurre, mais les stocks de poudre de lait européen freinent la hausse.

Sur les mois de juin, juillet et août, la production dans l’UE est en deçà de ce qu’elle était sur les mêmes mois de 2015. Néanmoins, et parce qu’elle était en forte hausse en début d’année, elle reste à +2% sur les 8 premiers mois de l’année (-0,7 % pour la France).
Sur les mois de juin, juillet et août, la production dans l’UE est en deçà de ce qu’elle était sur les mêmes mois de 2015. Néanmoins, et parce qu’elle était en forte hausse en début d’année, elle reste à +2% sur les 8 premiers mois de l’année (-0,7 % pour la France).
© Vincent Motin

«Un raffermissement des prix est attendu au cours des prochains mois », annonçait le 28 septembre Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière, le Cniel. « Après deux années de crise, le marché des produits laitiers montre enfin des signes de redressement », observait-il dans une vidéo diffusée sur le site du Cniel. Gérard You, chef de service conjoncture laitière à l’Institut de l’élevage, confirme l’information et annonce « une année 2017 meilleure que les deux années précédentes ».


Dans la semaine du 19 au 25 septembre, la cotation Atla du beurre a atteint 4 200 €/t en prix spot et celle de la poudre de lait maigre 2 000 €/t. Cette dernière a dépassé le niveau du prix d’intervention (1 698 €/t) depuis quelques semaines mais reste encore loin des sommets atteints en 2013-2014 avec 3 300 €/t. Quant au cours du beurre, il frôle ceux de la fin 2013 (4 400 €/t). « Il y a clairement un manque de matières grasses laitières sur les marchés internationaux », souligne Benoît Rouyer.

Gérard You comme Benoît Rouyer confirment l’absence de stock de beurre et des tensions futures sur ce marché. « Il y a dix ans, c’était la situation inverse », rappelle Benoît Rouyer. La filière ne savait que faire de la matière grasse du lait. Entre-temps, selon lui, elle « s’est adaptée » en améliorant la génétique des vaches qui produisent du lait moins gras (1 g de matière grasse en moins par litre de lait).

Plus d'infos dans le dossier bovins lait du journal Agri 79 du 28 octobre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Trois règles clés à maîtriser avant de s’installer en élevage ovin
Depuis deux ans, la conjoncture est porteuse pour la production ovine. Mais avant d’installer un atelier, il faut bien raisonner…
Ambiance Terre : le plus gros événement agricole en Deux-Sèvres s’organise

Nouvelle année et nouvel essai pour reprogrammer Ambiance Terre, l’événement de promotion des métiers agricoles…

Il construit lui-même son semoir en semis direct
Polyculteur éleveur à Vérines (17), Jérôme Rivasseau n'a pas été suivi par sa Cuma pour s’équiper d’un semoir en semis direct. Qu…
Et ainsi va la vie d’une agriculture qui s’adapte

La connaissance est une force, l’ouverture un atout pour se projeter, pour construire.

Cette punchline concentre les…

Des vaches Angus pour valoriser les prairies gâtinaises
Le 2 décembre, le Sertad (syndicat des eaux) et Bio Nouvelle-Aquitaine animaient une rencontre à l’EARL des Bouchauds, à Saint-…
Miniatures agricoles : petite échelle mais grande passion
À l’approche de Noël, les concessions de matériels agricoles mettent les jouets à l’honneur sous le sapin. Les tracteurs et…
Publicité