Aller au contenu principal

Raffermissement des prix attendu dans les prochains mois

« On est sortis de l'ornière », annonce Benoît Rouyer, économiste à la Maison du lait, au sujet de la filière laitière. Les cours mondiaux des produits laitiers remontent, particulièrement pour le beurre, mais les stocks de poudre de lait européen freinent la hausse.

Sur les mois de juin, juillet et août, la production dans l’UE est en deçà de ce qu’elle était sur les mêmes mois de 2015. Néanmoins, et parce qu’elle était en forte hausse en début d’année, elle reste à +2% sur les 8 premiers mois de l’année (-0,7 % pour la France).
Sur les mois de juin, juillet et août, la production dans l’UE est en deçà de ce qu’elle était sur les mêmes mois de 2015. Néanmoins, et parce qu’elle était en forte hausse en début d’année, elle reste à +2% sur les 8 premiers mois de l’année (-0,7 % pour la France).
© Vincent Motin

«Un raffermissement des prix est attendu au cours des prochains mois », annonçait le 28 septembre Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière, le Cniel. « Après deux années de crise, le marché des produits laitiers montre enfin des signes de redressement », observait-il dans une vidéo diffusée sur le site du Cniel. Gérard You, chef de service conjoncture laitière à l’Institut de l’élevage, confirme l’information et annonce « une année 2017 meilleure que les deux années précédentes ».


Dans la semaine du 19 au 25 septembre, la cotation Atla du beurre a atteint 4 200 €/t en prix spot et celle de la poudre de lait maigre 2 000 €/t. Cette dernière a dépassé le niveau du prix d’intervention (1 698 €/t) depuis quelques semaines mais reste encore loin des sommets atteints en 2013-2014 avec 3 300 €/t. Quant au cours du beurre, il frôle ceux de la fin 2013 (4 400 €/t). « Il y a clairement un manque de matières grasses laitières sur les marchés internationaux », souligne Benoît Rouyer.

Gérard You comme Benoît Rouyer confirment l’absence de stock de beurre et des tensions futures sur ce marché. « Il y a dix ans, c’était la situation inverse », rappelle Benoît Rouyer. La filière ne savait que faire de la matière grasse du lait. Entre-temps, selon lui, elle « s’est adaptée » en améliorant la génétique des vaches qui produisent du lait moins gras (1 g de matière grasse en moins par litre de lait).

Plus d'infos dans le dossier bovins lait du journal Agri 79 du 28 octobre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité