Aller au contenu principal

Sanitaire
Réduire les risques sanitaires lors des rassemblements d’animaux

Le GDS assure le suivi sanitaire des élevages. Une batterie de tests est effectuée avant chaque rassemblement mais les temps d’incubation peuvent être traîtres.

La brucellose, la leucose, la tuberculose, l’IBR et le varron sont systématiquement vérifiés.
© GDS

C’est une question qui a toute son importance : comment réduire la contamination lors de rassemblements ? Le GDS se pose la question à chaque comice, exposition, concours agricole, vente ou foire.

Ces regroupements sont soumis à une réglementation sanitaire et des exigences de bien-être animal définies dans le Code rural et de la pêche maritime. Une demande d’autorisation doit être réalisée par l’organisateur auprès de la direction départementale en charge de la protection des populations. Après accord, celle-ci permet de veiller à la bonne application de cette réglementation et à réduire au mieux les risques sanitaires tout en garantissant la protection animale.

Un aspect sanitaire encadré

Tout au long de l’année, et en amont de chaque exposition, chaque GDS assure la surveillance sanitaire de l’ensemble des élevages du département et la délivrance de qualifications sanitaires des cheptels et des animaux. Chaque rassemblement est régi par un certificat sanitaire demandant, pour la plupart, de courts délais d’analyses pour les animaux participants et permettant ainsi de réduire le risque d’éventuelles contaminations non-dépistées auparavant. A minima sont vérifiées pour chaque concours les qualifications brucellose, leucose, tuberculose, IBR et varron, auxquelles peuvent se greffer des analyses supplémentaires (IBR, BVD, paratuberculose, néosporose, besnoitiose…).

Un risque sanitaire contenu

Cependant, il ne faut pas oublier que, bien que majoritairement festives, ces expositions constituent sur le plan sanitaire un risque non négligeable de transmettre et propager des maladies animales à la faveur des contacts directs ou indirects entre animaux d’origine et de statuts sanitaires différents. À titre d’exemple, un animal testé en recherche directe du virus de la BVD (par PCR) avec un résultat négatif une semaine avant le concours peut se contaminer dans les 48 h avant le départ et devenir virémique sur la durée de l’exposition. Cela implique que l’animal porteur du virus sera contagieux durant plusieurs semaines avant de devenir immunisé. Ces rassemblements étant de courtes durées, l’animal sera toujours contagieux au retour dans l’exploitation, pouvant propager la maladie au sein du cheptel. Dans ces conditions, il serait par exemple conseillé de vacciner les animaux participants contre cette maladie un mois avant départ.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité