Aller au contenu principal
Font Size

Réduire l’intervalle de traite pour se libérer plus tôt

Des essais conduits par l’Inra montrent qu’il est possible de rapprocher les deux traites quotidiennes afin de réduire l’amplitude horaire de la journée de travail.

L’intervalle de traite moyen actuel est de plus de dix heures.
L’intervalle de traite moyen actuel est de plus de dix heures.
© D.R.

Selon une enquête dans les élevages bretons, l’intervalle de traite moyen s’affiche à 10 h 20, contraignant les éleveurs à une forte amplitude horaire de travail.Trois essais ont ainsi été réalisés en testant des intervalles entre deux traites consécutives allant de deux heures trente à vingt-quatre heures (monotraite). Au-delà de 50 jours de lactation, la réduction de onze heures jusqu’à cinq heures d’écart entre traites a peu d’effet sur la production laitière (-5 % environ). « En revanche, pour des écarts inférieurs à cinq heures, la diminution de production s’accentue pour atteindre 10 % et jusqu’à 28 % dans le cas de monotraite. Le retour à deux traites régulièrement espacées montre par ailleurs qu’il n’y a pas d’effet sur la réduction de l’écart entre traites par rapport à la production laitière », souligne Valérie Brocard.

Les essais conduits n’ont mis aucun effet significatif en évidence, ni sur le taux protéique, ni sur le taux de matière grasse tant que deux traites par jour sont conservées et ce, même séparées d’un faible intervalle de temps de trois ou cinq heures. En ce qui concerne les cellules, seuls les lots avec un intervalle de traite de deux heures trente et en monotraite ont subi une détérioration avec un passage de 100 000 à 150 000 cellules pour le premier et à 500 000 pour le second.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité