Aller au contenu principal

Ovins
Réformer les brebis atteintes de piétin

Une étude menée par l’Institut de l’élevage démontre que cette réforme est efficace mais onéreuse.

© ciirpo

La moitié des éleveurs participant à une récente étude (*) sur le piétin réforme les animaux atteints. Ils estiment que ce moyen de lutte est efficace pour limiter la maladie sur l’ensemble du troupeau. Cependant, la majorité des personnes enquêtées le font au moins après deux récidives. Le remplacement de ces brebis réformées implique en effet une augmentation du taux de renouvellement difficile à mettre en pratique lorsque le nombre d’animaux atteints est important. Et pourtant, la réforme est un mode de sélection génétique car ce sont également les animaux les plus sensibles.

Cette méthode est pratiquée dans d’autres pays, comme l’Australie, avec succès. Elle doit toutefois s’accompagner de précautions lors d’introduction d’animaux. Ainsi, les achats de reproducteurs sont réduits au maximum afin de ne pas réintroduire la bactérie dans le troupeau. Le cas échéant, une quarantaine est mise en place.

Danielle Sennepin, de la chambre d’agriculture de la Creuse, précise que « que si on prend en compte l’ensemble des coûts sur trois ans (moins d’agneaux vendus, prix des réformes boiteuses moindre, productivité inférieure du troupeau), le remplacement d’une brebis atteinte par le piétin par une agnelle de renouvellement est de l’ordre de 170 euros par animal. Mais ce calcul ne tient pas compte des contre-performances induites par la maladie. En effet, la baisse de production d’une brebis atteinte de piétin est difficilement chiffrable. Mais on sait par ailleurs que 0,2 agneau vendu en moins par brebis, c’est environ 30 euros de marge brute en moins, auquel il faut ajouter la moindre valorisation des réformes et le travail supplémentaire ».

(*) Étude portée par l’Institut de l’élevage avec de nombreux partenaires et financée par Ecoantibio 2017.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité