Aller au contenu principal

Relancer les mécanismes d’autofertilité du sol

Lundi 23 janvier, l’Acpel, la station expérimentale régionale basée à Saintes, présentait les résultats de ses essais en maraîchage biologique. Aurélien Fercot, exploitant dans le Finistère, a présenté ses essais de cultures maraîchères sous couverts.

Aurélien Fercot présente la technique de semis sous couvert qu’il expérimente sur son exploitation depuis quatre ans.
Aurélien Fercot présente la technique de semis sous couvert qu’il expérimente sur son exploitation depuis quatre ans.
© C.P.

L’efficacité des engrais verts dépend du bon fonctionnement du sol. « C’est une prérogative », posait Aurélien Fercot, maraîcher bio dans le Finistère. À Melle, lundi 23 janvier, ce dernier présentait, à l’occasion de la journée technique maraîchage bio organisée par l’Acpel, le travail conduit sur son exploitation de 14 ha, dont 10 % en sol vivant, depuis quatre ans.
Avec pour objectif de maîtriser le temps de travail, Aurélien et ses deux associés explorent le semis sous couvert. Cette technique, qui permet de limiter les interventions, doit également participer à la relance des mécanismes d’autofertilisation du sol. Un fonctionnement dont la réhabilitation demande du temps. Il est corrélé à l’équilibre chimique et physique du sol auquel concourent l’implantation et la dégradation des engrais verts. « Le choix des espèces et des variétés mises en place est en fonction des besoins de la culture qui va suivre mais également de la vie du sol et de ce qu’elle doit devenir », expose l’intervenant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité