Aller au contenu principal

Remaniement: Julien Denormandie échappe au dossier «Brexit pêche»

© Remi Jouan (2005)

Dans un décret paru le 17 juillet, le Président de la République redéfinit le périmètre du ministère de l'Agriculture et tranche notamment sur la question de la pêche maritime et de l'aquaculture. Ces deux dossiers constitueront une compétence partagée entre la Rue de Varenne et le nouveau ministère de la Mer. Toutefois, c'est Annick Girardin, ministre de la Mer, qui définira les politiques de la pêche et aura notamment la charge du «Brexit Pêche», a précisé le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie à Agra presse: «Sur la pêche, Annick Girardin définit les politiques, et nous les mettons en oeuvre conjointement, notamment la partie aval pour ce qui concerne notre ministère». Sur l'aquaculture, en revanche, «nous définissons ensemble les politiques, nous sommes tous les deux en lead».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité