Aller au contenu principal

Capr’Inov 2020
Rendez-vous les 24, 25 et 26 novembre à Niort

Le salon sera placé sous le signe de l’installation. Sur fond de sécurité sanitaire, les organisateurs préparent un écrin pour les jeunes générations. L’avenir de la filière se construit aussi dans les allées de Capr’Inov.

Samuel Hérault, président du salon (à gauche) présente les nouvelles forces vives de Capr’inov : Marina Graveleau et Alexandre Jorigné.
© Christelle Picaud

Règles de sécurité, Capr’I Cup, prix de l’innovation, plateau télé… vendredi 12 juin, il suffisait de pousser la porte de la salle de la mairie de la Chapelle-Bertrand pour être projeté à fin novembre. Le conseil d’administration de Capr’inov est à l’œuvre. Les 24, 25 et 26 novembre, le rendez-vous bisannuel aura bien lieu à Niort. « Le salon réunit moins de 5 000 visiteurs par jour. Nous n’avons aucune raison de suspendre notre travail. Et d’autant moins que les acteurs de la filière sont déjà nombreux à répondre présents », témoigne Samuel Hérault, président du salon. À fin juin, les organisateurs comptent le même nombre d’inscrits qu’il y a deux ans, pour une surface plus vaste.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité