Aller au contenu principal

Rentrée réussie à Terres et paysages sud Deux-Sèvres

Marie-Claude Hascoët prend la direction de Terres et paysages sud Deux-Sèvres. Un établissement aux prises avec des difficultés financières qui séduit toujours autant les élèves.

Marie-Claude Ascoët : Nous disposons de trois années pour revenir à l’équilibre financier”.
Marie-Claude Ascoët : Nous disposons de trois années pour revenir à l’équilibre financier”.
© N.C.

«Je l’ai toujours connu», confie Marie-Claude Hascoët en parlant du lycée agricole Jacques-Bujault. La nouvelle directrice de Terres et paysages sud Deux-Sèvres est originaire des Deux-Sèvres. Précédemment directrice du lycée agricole de Luçon, cette ingénieur de formation a demandé la direction de l’établissement aux six unités - le lycée agricole de Melle et son exploitation, le lycée horticole de Niort et son exploitation, le centre de formation des apprentis et celui pour adultes - en ayant connaissance des difficultés financières. Le déficit s’élevait en 2013 à 400 000 euros. Et la directrice de préciser : « J’apprécie ici la motivation des différents personnels, ils ont envie. Nous disposons de trois années pour revenir à l’équilibre financier».

Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité