Aller au contenu principal

Covid-19
« Reprendre le contrôle de l’alimentation », mais comment ?

Dans son adresse aux Français, le 12 mars, Emmanuel Macron a estimé que la délégation de notre alimentation à d’autres pays « est une folie ». Déclarations qui entraîneront peut-être de nouvelles politiques, sur lesquelles les avis des syndicats agricoles divergent déjà.

Allocution présidentielle du 12 mars
© DR

« Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie, au fond, à d’autres, est une folie. Nous devons en reprendre le contrôle, construire plus encore que nous ne le faisons déjà, une France, une Europe souveraine, une France et une Europe qui tiennent fermement leur destin en main. Les prochaines semaines et les prochains mois nécessiteront des décisions de rupture en ce sens ».

Cette déclaration du président de la République devrait revenir très régulièrement dans les prochains mois dans les débats autour des politiques agricoles et alimentaires, en France et en Europe. Certains, comme Gilles Bazin, professeur émérite à AgroParisTech et membre de l’académie d’agriculture, rappellent que dès 1957, Charles De Gaulle et Edgard Pisani avaient fait de cet objectif l’une des priorités de la Pac.

« La sécurité alimentaire était au cœur de la construction européenne, comme le montre l’article 39 du traité de Rome », explique le professeur. La politique agricole, comme la définissait cet article, avait pour but non seulement d’accroître la productivité et de maintenir des prix raisonnables et rémunérateurs, mais également « de garantir la sécurité des approvisionnements ».

Cette mission, les syndicats professionnels ne l’ont jamais oubliée, et les déclarations du président sur les nouvelles politiques à venir suscitent donc un fort intérêt. « Quelles seront ces dispositions ? Un budget plus important pour la Pac ? Des stocks stratégiques ? Une meilleure priorisation sur l’alimentation à la française ? », se demande ainsi Christiane Lambert, présidente de la Fnsea.

Réaffirmer la préférence nationale

Cette sécurité alimentaire, d’aucuns avancent qu’elle passera avant tout par une préférence nationale, tout du moins locale. La loi agriculture et alimentation, en prévoyant 50 % d’approvisionnement local et de qualité, a sonné le retour de cette priorité aux produits hexagonaux en restauration collective. Mais, faute d’une réelle application, comme le dénonce Christiane Lambert, « la majorité du poulet consommé dans les cantines reste du poulet importé ».

Du côté de la Confédération paysanne, pour protéger le marché français, on milite pour l’idée d’un prix minimum sur les produits importés, qui nivellerait les tarifs des exportateurs avec les prix nationaux. « C’est un outil qui permettra également de tirer vers le haut les autres pays sur les aspects sociaux et environnementaux », insiste Nicolas Girod, porte-parole du syndicat.

La Coordination rurale mise pour sa part sur les consommateurs pour défendre le made in France. « Si on oblige les distributeurs à être clairs sur l’origine des produits et des ingrédients des aliments transformés, les familles feront vite leur choix », estime Bernard Lannes, président de la CR. Là encore, si la loi Agriculture et alimentation prévoit des dispositions en ce sens, le secteur attend impatiemment leur application.

L’éternel enjeu de l’autonomie protéique

Les experts se rejoignent : pour que la France devienne autonome sur le plan alimentaire, elle doit avant tout produire ses propres protéines pour l’alimentation animale. « Si l’Amérique du Sud ou les États-Unis arrêtent les exportations de soja, nous ne pourrons plus nourrir nos bêtes », rappelle Gilles Bazin. Et le cas, souligne-t-il, s’est déjà produit. En 1973, lors d’inondations dans les grandes plaines américaines, Nixon avait décrété un embargo sur le soja, qui avait conduit les éleveurs français à réduire leurs cheptels.

Sur cette urgence d’un plan protéine clair et ambitieux, tous les syndicats se rejoignent. Mais le calendrier n’est toujours pas dévoilé, et les modalités font encore débat.

Sera-t-il possible de préserver en même temps la sécurité alimentaire et l’environnement ? Oui, répondent d’une seule voix les syndicats. Réduire les intrants, et préserver les paysages, tout en continuant de produire est envisageable, mais à condition de protéger les producteurs.

Or, si le gouvernement français a déjà montré sa volonté de maintenir le budget de la Pac, la concurrence intra-européenne demeure un sujet épineux, sur lequel les possibilités, au-delà de mécanismes de préférence nationale, sont limitées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité