Aller au contenu principal

Résalis cuisine un nouveau réseau pour alimenter la restauration collective

Résalis renaît de ses cendres. L'émancipation de la structure permet aujourd'hui une réinitialisation du concept. Le réseau élargit le nombre de ses producteurs fournisseurs pour répondre aux besoins de toutes les formes de restaurations collectives.

Le Gaec la Maison Neuve à Voultegon vient de rejoindre le réseau. « En s'unissant, les producteurs s'ouvrent de nouveaux marchés », affirme Nadine Métais.
Le Gaec la Maison Neuve à Voultegon vient de rejoindre le réseau. « En s'unissant, les producteurs s'ouvrent de nouveaux marchés », affirme Nadine Métais.
© N.C.

40 % de produits durables (1) et 20 % de produits bio d'ici à 2020 dans les restaurants collectifs publics. Ces amendements au projet de loi égalité et citoyenneté déposés fin 2015 par Brigitte Allain, députée de Dordogne, ont été adoptés par l'assemblée nationale et le Sénat au printemps 2016.
S'appuyant sur le dispositif législatif, Résalis réinitialise son concept. L'association née à l'initiative du conseil général des Deux-Sèvres en 2013 s'émancipe, renforce le nombre de ses producteurs fournisseurs et élargit son domaine d'actions. Quand les collèges étaient la cible principale de la précédente stratégie, la structure coprésidée par Thierry Chauveau et Jean-Paul Gobin, tous les deux producteurs, a pour ambition de satisfaire les besoins en approvisionnement locaux et biologiques de toutes les collectivités.

Ces dernières semaines, le restaurant scolaire de la commune de Germond-Rouvre a fait le choix de servir aux enfants des produits issus de son territoire. Les hôpitaux, les maisons de retraite, les restaurants d'entreprises et d'administrations peuvent désormais en faire autant en se rapprochant de la structure. « Notre site Internet (2), mis en ligne à partir du 15 décembre, a été refait intégralement. Travaillé avec des professionnels de la restauration collective, il est doté d'une plateforme de commandes adaptée aux contraintes des responsables de restaurants », précise Nicole Bisserier, en charge du développement de Résalis.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 2 décembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité