Aller au contenu principal

Fertilisation azotée et protéines
Retour salutaire de la pluie : ajuster la conduite des céréales

Après quasiment un mois sans pluie depuis la mi-mars, les pluies orageuses tombées selon les zones du 17 au 20 avril sont salutaires pour le potentiel des céréales.

© Source : Telepro.be

Les pluies vont enfin permettre une valorisation des apports d’azote et corriger en partie le déficit hydrique déjà sévèrement installé dans les sols les plus superficiels. Ces pluies d’orage sont toutefois très inégales d’un secteur à l’autre : la façade océanique a été souvent moins arrosée avec un peu moins de 5 mm cumulés sur la période alors qu’une large bande centrale sud nord a reçu souvent entre 15 et 25 mm, localement sous orage plus de 40 mm, parfois accompagnés de grêle. Pour les secteurs qui ont pu en bénéficier, ce retour de la pluie intervient entre 2 noeuds et gonflement pour la majorité des parcelles ; à ce stade, les stress occasionnés par la longue période de sec sont encore rattrapables. Le point sur la conduite de la fertilisation et la protection des céréales.

Fertilisation azotée : attendre la pleine valorisation de l’apport précédent pour solder le dernier apport

Rappelons que le dernier apport d’azote sur céréales peut être positionné jusqu’au stade gonflement – début épiaison pour corriger les effets éventuels d’une carence sur le rendement. Au-delà de cette plage de stade, l’effet portera essentiellement sur une amélioration de la teneur en protéines sous réserve d’être apporté au plus tard début floraison.

Pour les secteurs ayant reçu plus de 15 mm de pluie les 19-20 avril, les conditions sont désormais idéales pour utiliser un outil de pilotage afin de calibrer la dose à apporter (attendre 5-6 jours après la pluie pour effectuer le diagnostic). La dose conseillée par l’outil correspondra bien aux besoins actuels de la culture et sera à apporter autour du stade gonflement – début épiaison, de préférence à la faveur d’une pluie annoncée.

Lorsque le diagnostic de pilotage a été établi avant ou en l’absence de ces pluies, il est important de prendre en compte les conditions de valorisation de l’azote (tableau 1) apporté en mars pour valider ou ajuster le conseil.

Cumul de pluie
Cumul de pluie depuis la date d’apport et valorisation de l’azote (Données réelles jusqu’au 20/04/2020)

Deux cas de figure se présentent :

- Lorsque l’apport d’azote précédent a pu être réalisé avant le 10 mars, celui-ci a été bien valorisé et la dose conseillée par l’outil de pilotage correspond bien aux besoins de la culture. Cet apport a d’ailleurs pu être fait avant l’épisode de pluie du 17/20 avril pour les parcelles les plus avancées ou sera fait dans les jours à venir, à la faveur d’une pluie annoncée.

- Lorsque l’apport d’azote précédent a été positionné après le 10 mars, sa valorisation a été retardée et ne sera pas optimale. En effet, une partie a été perdue par volatilisation, ou réorganisée dans le sol. La fraction de l’engrais encore présente dans le sol et valorisable est désormais en cours d’absorption par la culture sous l’effet de la dernière pluie. Dans ces situations, un diagnostic de pilotage réalisé avant la pluie indique un niveau de carence en partie lié au défaut de valorisation de l’apport précédent. Il convient donc de réaliser un nouveau diagnostic lorsque c’est envisageable, ou à défaut d’ajuster la dose conseillée par l’outil en s’appuyant sur l’abaque ci-dessous (tableau 2).

Dose engrais
Ajustement de la dose préconisée par l'outil de pilotage selon la dose d'engrais apportée et sa valorisation Etabli pour des apports sous formes ammonitrate ou urée adjuvantée (Nexen, Novius, Utec 46, …)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité