Aller au contenu principal

Retraite et coups de main bénévoles

Le départ à la retraite n’est pas toujours synonyme d’un arrêt total de l’activité. Comment associer retraite et coups de main sur l’exploitation ?

© JC Gutner

Il est assez fréquent de voir des « jeunes » retraités continuer à donner des coups de main au repreneur de l’exploitation qu’ils viennent de céder. Mais gare aux sanctions si vous n’êtes pas dans une des situations autorisées pour le faire.
La première hypothèse concerne la transmission de l’exploitation dans le cadre familial (conjoint, enfant, petit-enfant). Dans ce cas, le nouveau retraité a la possibilité de donner un coup de main sur l’exploitation sans que cela fasse obstacle au paiement de sa retraite. Il ne s’agit là toutefois que d’une tolérance de la MSA, soumise à la double condition que le travail ne dure pas plus de
10 à 15 heures par semaine en moyenne, et que le travail soit bénévole. Attention, le retraité doit alors prendre la précaution de s’assurer personnellement contre les accidents du travail qui pourraient survenir durant ces coups de main.


En dehors de cette situation, il n’est pas autorisé de travailler bénévolement sur une exploitation et la sanction est lourde en cas de contrôle (avec notamment la remise en cause du paiement de la retraite). Pourtant, une autre solution est envisageable en cas de travail à temps partiel ou très partiel sur une exploitation reprise en dehors du cadre familial. Elle consiste à conclure un contrat de travail à temps partiel entre l’entreprise et le retraité (il convient de vérifier préalablement dans quelles conditions celui-ci est en droit de cumuler un emploi avec sa retraite). Le nombre d’heures effectuées par les retraités étant généralement faible, cette solution est peu coûteuse pour l’employeur et évite de souscrire une assurance personnelle contre les accidents du travail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité