Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

S’adapter pour laisser le temps au modèle agricole d’évoluer

L’enquête publique concernant le projet de création de 19 réserves de substitution sur le bassin de la Sèvre niortaise court du 27 février au 29 mars. Pendant cette période de consultation, trois réunions publiques ont permis au débat de s’installer.

Les représentants de la coopérative de l’eau ont apporté des précisions sur le projet au niveau de l’emprise foncière, du financement public ou encore de la qualité de l’eau.
Les représentants de la coopérative de l’eau ont apporté des précisions sur le projet au niveau de l’emprise foncière, du financement public ou encore de la qualité de l’eau.
© C.P.

Changer radicalement le modèle agricole est une option appelée par un certain nombre de participants à la réunion publique d’Aiffres. Pierre Trouvat et Thierry Boudaud, représentants de la coopérative de l’eau, à l’origine de la concertation qui, en cinq ans, a donné naissance au programme de création de 19 réserves de substitution sur la Sèvre niortaise, préfèrent la progressivité. Mercredi 15 mars, lors de la première des trois réunions publiques (*) initiées par la commission d’enquête, dans le cadre de la procédure administrative qui concerne ce dossier, ces deux points de vue se sont confrontés. Les porteurs du projet actuellement en enquête publique ont écouté, analysé, répondu, expliqué leur sujet à travers un flot de critiques à l’égard d’une agriculture jugée « peu rentable », « aux impacts importants sur le milieu », « qui s’approprie un bien commun, l’eau, à l’aide de fonds publics ».

Face à la récurrence des attaques portées à la production de maïs, les représentants des 500 exploitants, soit 213 exploitations engagées dans le projet de territoire présenté, ont tenté de recentrer le débat. « Nous pouvons commenter un modèle agricole qui ne semble pas être à votre convenance », posait Pierre Trouvat, invitant toutefois chacun à se questionner sur la portée, en ce lieu, de ce débat. « La politique agricole ne se joue pas ici. En revanche, vous pouvez, et nous vous y invitons, donner votre avis sur un projet pensé pour adapter l’agriculture aux règles publiques fixées dans l’objectif, à horizon 2021, d’atteindre la reconquête du bon état des masses d’eau ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité