Aller au contenu principal

S’adapter pour laisser le temps au modèle agricole d’évoluer

L’enquête publique concernant le projet de création de 19 réserves de substitution sur le bassin de la Sèvre niortaise court du 27 février au 29 mars. Pendant cette période de consultation, trois réunions publiques ont permis au débat de s’installer.

Les représentants de la coopérative de l’eau ont apporté des précisions sur le projet au niveau de l’emprise foncière, du financement public ou encore de la qualité de l’eau.
Les représentants de la coopérative de l’eau ont apporté des précisions sur le projet au niveau de l’emprise foncière, du financement public ou encore de la qualité de l’eau.
© C.P.

Changer radicalement le modèle agricole est une option appelée par un certain nombre de participants à la réunion publique d’Aiffres. Pierre Trouvat et Thierry Boudaud, représentants de la coopérative de l’eau, à l’origine de la concertation qui, en cinq ans, a donné naissance au programme de création de 19 réserves de substitution sur la Sèvre niortaise, préfèrent la progressivité. Mercredi 15 mars, lors de la première des trois réunions publiques (*) initiées par la commission d’enquête, dans le cadre de la procédure administrative qui concerne ce dossier, ces deux points de vue se sont confrontés. Les porteurs du projet actuellement en enquête publique ont écouté, analysé, répondu, expliqué leur sujet à travers un flot de critiques à l’égard d’une agriculture jugée « peu rentable », « aux impacts importants sur le milieu », « qui s’approprie un bien commun, l’eau, à l’aide de fonds publics ».

Face à la récurrence des attaques portées à la production de maïs, les représentants des 500 exploitants, soit 213 exploitations engagées dans le projet de territoire présenté, ont tenté de recentrer le débat. « Nous pouvons commenter un modèle agricole qui ne semble pas être à votre convenance », posait Pierre Trouvat, invitant toutefois chacun à se questionner sur la portée, en ce lieu, de ce débat. « La politique agricole ne se joue pas ici. En revanche, vous pouvez, et nous vous y invitons, donner votre avis sur un projet pensé pour adapter l’agriculture aux règles publiques fixées dans l’objectif, à horizon 2021, d’atteindre la reconquête du bon état des masses d’eau ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité