Aller au contenu principal

Interview
« Sans dogmatisme, sans anathème »

Jean-Luc Drapeau, deuxième vice-président, chargé de l’agriculture

Conseiller général du canton de Saint-Maixent I, Jean-Luc Drapeau, est l’un des neuf vice-présidents dans la nouvelle assemblée. Il aura en charge, dans l’ordre de ses attributions, l’économie, l’agriculture, l’insertion sociale, le tourisme et la coopération. Mais pas  l’eau, ni l’aménagement rural.
Conseiller général du canton de Saint-Maixent I, Jean-Luc Drapeau, est l’un des neuf vice-présidents dans la nouvelle assemblée. Il aura en charge, dans l’ordre de ses attributions, l’économie, l’agriculture, l’insertion sociale, le tourisme et la coopération. Mais pas l’eau, ni l’aménagement rural.
© DR
 - Quelle va être la place de l’agriculture dans vos domaines de compétence ?
Les orientations n’ont pas encore été très clairement définies, mais d’ores et déjà je peux dire que je lui accorderai une place importante. Je crois en une agriculture tournée vers l’avenir, mais elle est très tributaire de l’Europe…. Or la valeur ajoutée dans notre région, c’est l’élevage et l’on ne peut que constater des disparités avec les céréales qui occupent une place importante dans l’utilisation du sol par rapport à l’élevage dont la disparition serait un drame.

 - Mais que peut faire l’élu que vous êtes ?
L’élu est un « facilitateur » de projet. Je pense en particulier rendre compatible l’excellence environnementale de l’élevage et de la valeur ajoutée. Dans le département, il faut conforter, avec une approche prospective et pragmatique, deux de nos outils exceptionnels : l’industrie et l’agriculture. Je ne suis pas dogmatique, et je ne veux pas jeter d’anathème sur une profession. Mais si on se bat sur le marché mondial avec le productivisme à outrance, les OGM etc, c’est perdu d’avance. Par contre, on pourra se battre sur l’excellence de nos produits. Je fais entièrement confiance à l’agriculture et aux agriculteurs pour cela, comme ils l’ont fait quand on leur a demandé de produire plus pour nourrir la population.
Je crois également à l’excellence de nos territoires en accord avec la protection de l’environnement. De gros efforts ont été faits, mais il faut aller plus loin et faire confiance dans ce domaine aux facultés d’adaptation des agriculteurs pour qu’il y ait de la place pour tout le monde - agriculture raisonnée, bio…-, productrices de valeur ajoutée.
Dans le domaine de l’eau et de la Boutonne en particulier, on est dans une logique de priorité à l’eau potable et de dégradation de la qualité de l’eau. Donc la collectivité doit avoir la maîtrise d’une structure qu’elle subventionne.

 - Et donc qu’elle place pour l’agriculture dans le budget du conseil général ?
65% du budget du conseil général est consacré à l’aide sociale. L’agriculture sort du domaine strict de ses compétences. Ce n’est pas son cœur de métier. Par contre, je compte travailler de façon consensuelle. On a trop souffert d’approches non consensuelles dans le domaine agricole.

Propos recueillis
par Guy du Repaire
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité