Aller au contenu principal

Equarrissage
Les éleveurs n’ont pas à payer

Les éleveurs n’ont pas à régler les factures adressées par les sociétés d’équarrissage.

Un nouveau service d’équarissage a été mis en place en juillet 2009.
Un nouveau service d’équarissage a été mis en place en juillet 2009.
© DR

La FDSEA a constaté que des factures sont adressées aux éleveurs  de volailles et de ruminants par les entreprises d’équarrissage. 

Les mises en place des ATM (Animaux trouvés morts), structures en charge du règlement des coûts d’équarrissage, ont permis de contractualiser avec les équarrisseurs depuis 2007.  

De plus l'engagement de la profession a abouti à la mise en place d'un nouveau service d'équarrissage à compter du 18 juillet 2009 qui vient se substituer au Service public d'équarrissage (SPE). 

Il est convenu que les factures restant dues aux équarrisseurs soient prises en charge dans le cadre des négociations pour la mise en place de ce nouveau service d'équarrissage et une solution est mise en œuvre pour que cela soit réglé. 

La FDSEA renouvelle sa consigne syndicale, les éleveurs n'ont pas à payer ces factures.

Les factures présentant des comptes non soldés datant de 2006 pour les aviculteurs ou de 2008 pour les éleveurs de ruminants, n’ont donc pas lieu d’être.

Il est conseillé aux éleveurs destinataires de factures, de refuser le paiement en adressant un courrier aux entreprises d’équarrissage.

 Contact : 05 49 77 16 69.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité