Aller au contenu principal

Sival
Semaine riche en événements pour le végétal spécialisé

Les Rencontres du végétal et le Sival à Angers, les Rendez-vous d’Herbalia à Chemillé : du 10 au 14 janvier, les acteurs du végétal spécialisé convergent en Anjou.

Laurent Peron, administrateur Végépolys, chargé de la communication, et Bruno Dupont, président du Sival.
Laurent Peron, administrateur Végépolys, chargé de la communication, et Bruno Dupont, président du Sival.
© DR

 

Autour du Sival, se sont greffés d’autres événements qui constituent désormais la Semaine du végétal ou Plants Week. C’était en 2010, le Pim, Plants international meeting, qui a lieu tous les deux ans, et l’Événement fruits et légumes, auquel les professionnels de l’aval n’ont pas répondu comme escompté et qui, après trois éditions, ne sera pas renouvelé. En 2011, ce seront les Rencontres du végétal, rendez-vous scientifique, et les Rendez-vous d’Herbalia, consacrés aux plantes de santé, beauté et bien-être. 

Si jeune, la formule plaît et a semble-t-il déjà fait des émules : « Nous avons été copiés », se félicitent Bruno Dupont, président du Sival et Laurent Peron, administrateur de Végépolys en charge de la communication. La Fruits and Vegetables week, du pôle de compétitivité du Sud Est, mais aussi une Horti Week, aux Pays-Bas, seraient directement inspirées de l’exemple angevin. La Plants  Week présente un programme dense, destiné à répondre aux attentes des différents acteurs de la filière. Elle débute par les Rencontres du végétal, les 10 et 11 janvier (6e édition) à Agro Campus Ouest : deux jours où interviendront des spécialistes en  recherche fondamentale et en expérimentation, sur le thème de l’innovation et de l’environnement. Ces rencontres ont lieu tous les deux ans et rassemblent en général environ 350 participants. 

 

Un forum débouchés agricoles

Le Sival, du mardi 11 au jeudi 13 janvier, clôt cette année sa trilogie intitulée Produire durable, avec parmi les nouveautés de l’édition, un prix de l’innovation variétale, adossé aux Sival d’or et décerné en partenariat avec Réussir Fruits et légumes. Ce nouveau prix  a été attribué à l’entreprise Vilmorin, pour un porte-greffe interspécifique pour tomates, hautement résistant au virus de la mosaïque, au verticillium et au fusarium. La distinction vient valoriser la présence forte au Sival des entreprises semencières, dont la quasi-totalité expose au salon, et de la recherche. 

Autre particularité de l’édition 2011, la création d’un tout nouveau forum sur les débouchés agricoles. Son ambition : « Offrir aux entreprises une visibilité sur les possibilités pour diversifier leurs débouchés, les nouvelles initiatives, la valorisation des coproduits », explique Bruno  Dupont. Dix-huit courtes rencontres sont programmées lors des trois jours de salon. Le forum abordera aussi bien les  nouvelles pratiques  culturales avec l’association BASE, que la démarche Fruidissi de la FNPF, ou encore l’oenotourisme ou le développement à l’export. Des représentants de la grande distribution et de la restauration collective seront présents. 

Cette offre de rencontres vient s’ajouter au programme de conférences. Elles seront au nombre de dix-huit avec des points forts : le colloque Euroviti  consacré aux rosés de Loire, les Entretiens techniques Ctifl fruits qui traiteront de l’éclaircissage, les Entretiens cidricoles qui aborderont l’influence des pratiques culturales et du climat sur les caractéristiques de la pomme à cidre et les Entretiens semences organisés pour la première fois par le Geves. Une table ronde est également programmée avec France Agrimer sur la réforme de la PAC. Le répertoire bio est renforcé et des visites guidées sont à nouveau au programme. 

Un salon donc résolument tourné vers l’avenir, comme le souligne son président : « Si le Sival est encore là chaque année, c’est qu’il y a des producteurs. ll faut s’inscrire dans une logique de renouvellement des productions. En cela, le salon est aussi une préparation à l’installation ». Plus de 20 000 visiteurs sont attendus.

Troisième événement, les Rendez-vous d’Herbalia rassembleront au Théâtre foirail de Chemillé, les jeudi 13 et vendredi 14 janvier, les professionnels de la filière des plantes de santé beauté bien-être,  sur le thème du développement durable. 

« Notre petite filière se distingue par sa bonne gestion de l’environnement, notamment parce qu’elle utilise très peu d’intrants et qu’elle occupe des zones défavorisées », explique Bruno  Gaudin, de l’Itepmai. Un colloque y sera organisé par l’association Saponina, qui assure la promotion des plantes à saponines à usage industriel et agricole. Un projet mené par Végépolys et porté par l’entreprise Nor-Feed Sud porte sur l’utilisation de saponines dans l’alimentation animale pour réduire les émissions de gaz à effets de serre. Où les intérêts du monde végétal rejoignent ceux du secteur animal. 


En savoir plus : http://rencontres-du-vegetal.inh.fr, www.sival-angers.fr, www.rendezvousherbalia.iteipmai.fr

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité