Aller au contenu principal

Semences : l’interprofession change de nom et réaffirme sa volonté d'ouverture

© Semae

L’interprofession semencière, rebaptisée Semae (ex-Gnis), a donné le 27 janvier des gages d’ouverture et de transparence, en dévoilant son projet stratégique. Il s’agit d’en faire l’interprofession «de toutes les formes et tous les usages» de semences et plants, a réaffirmé le président François Desprez. Semence de ferme, paysanne, sélection participative, etc. : les «autres façons de produire» y trouvent leur place avec la création d’une neuvième section, dont la présidence est confiée aux «nouveaux entrants».

La Coordination rurale, la Confédération paysanne, syndicats dits minoritaires, sont invitées à faire partie du conseil d’administration de Semae. Un autre engagement de l’interprofession consiste à jouer la transparence. C’est une façon de «mettre un terme à un mauvais procès» qui lui est fait, à savoir d’«être le lobby de quelques grandes entreprises semencières multinationales», explique François Desprez. Semae veut donner plus d’informations sur ses activités de contrôle des semences, menées «en toute indépendance et totale impartialité», selon lui. L'interprofession prévoit afin de détailler son budget de 42 M€ activité par activité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité