Aller au contenu principal

Sèvre niortaise : le projet continue d'intéresser

La Coop de l’eau organise des réunions de terrain pour présenter le protocole dans les moindres détails connus. Elle invite les adhérents à confirmer leur engagement.

Le protocole d’accord est signé. « Maintenant il faut le faire vivre, le faire aboutir », pose Thierry Boudaud, vice-président de la Coop de l’eau.

L’élu professionnel le sait, l’enjeu est grand et la tâche s’annonce ardue. Ces dernières semaines, lors des trois réunions organisées par la Coop de l’eau sur le territoire du bassin de la Sèvre niortaise, pour préciser à ses adhérents les contours du compromis arraché fin décembre, les questions ont été nombreuses. « Certains nous félicitent, d’autres nous questionnent. Dans nos rangs, comme dans ceux de la fédération de la pêche, de Deux-Sèvres Nature Environnement ou de la députée Delphine Batho, le protocole bouscule. Le fait d’avoir réussi à trouver un consensus est une mini révolution. Il a fallu accepter certaines choses pour en obtenir d’autres. Il est normal que notre base nous interroge », expose le représentant des irrigants.

Le coût au mètre cube, les conséquences sur les coûts de production des modalités acceptées, les solutions pour les agriculteurs situés dans les secteurs où les réserves ont été abandonnées, le niveau d’engagement sur les changements de pratiques sont au coeur des préoccupations des adhérents. « Autant que possible, nous apportons des réponses. Il y a, et notamment sur la question du coût, des inconnues ». 17 centimes par mètre cube est le montant sur lequel travaille la Coop de l’eau. « Pour avancer, nous avons besoin que chacun confirme le volume dont il a besoin », encourage Thierry Boudaud. Effectivement, le projet doit être remodélisé selon les volumes arrêtés : 6,8 millions de m3 prélevés l’hiver et stockés en réserves, et 5,9 millions de m3 prélevés dans le milieu en période d’étiage. « Ces derniers jours, la moitié des adhérents s’est positionnée, a confirmé ses engagements », calcule Maud Bousquet, directrice de la Coop de l’eau. Un taux de retour significatif qui n’en rend pas moins urgent le positionnement de la seconde moitié. « À ce jour, personne ne nous a retourné son dossier avec la case désengagement cochée », poursuit-elle. Un signe positif ? Les responsables de la Coop de l’eau veulent y croire. Le projet continue d’intéresser. « 70 % des adhérents ont participé aux réunions organisées les 8 et 11 janvier », pointe Thierry Boudaud, certain que l’animation dans les territoires est nécessaire pour présenter en détail la contrepartie attendue. « Les diagnostics seront faits avant que les premiers coups de pelles ne soient donnés », confirme Maud Bousquet. À partir de ceux-ci, les adhérents, qu’ils pompent ou non dans les réserves, devront s’engager. Selon la situation de départ - surfaces engagées ou non dans des démarches qualités (Haute Valeur Environnementale ; AB ; MAEC) - ils seront amenés à modifier plus ou moins leurs pratiques : allongement des rotations des cultures, développement des techniques de luttes alternatives, réduction de l’IFT, autonomie fourragère, diversification des cultures, mise en place de cultures intermédiaires, plantation de haies, implantation de jachères, faune sauvage… Des engagements en faveur de pratiques que certains identifient comme composantes de l’agriculture du futur mais qui, chez d’autres, posent la question des surcoûts engendrés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité