Aller au contenu principal
Font Size

SIMA : Monosem plaît aux petits comme aux grands

Le spécialiste des semoirs de précision et des bineuses sera à Paris du 24 au 28 février pour mettre en avant trois nouveautés : un cart grande capacité, un matériel 100 % électrique et un semeur adapté aux petites graines des cultures maraîchères.

Florian Crochet dans le centre de formation inauguré en 2015. L’entreprise forme ses clients à l’utilisation de ses machines qui, avec l’apport des nouvelles technologies, se complexifie.
Florian Crochet dans le centre de formation inauguré en 2015. L’entreprise forme ses clients à l’utilisation de ses machines qui, avec l’apport des nouvelles technologies, se complexifie.
© Carole Mistral

Pour Monosem, la participation au Sima est incontournable. Avec ses 1 800 exposants venant de 42 pays et ses 232 000 entrées professionnelles lors de la dernière édition, le salon fait partie de ces événements à ne pas manquer pour le spécialiste du semoir de précision, avec le salon Eima, en Italie, et surtout Agritechnica, en Allemagne. Si ce dernier sert de base de lancement à la conquête du marché d’Europe de l’Est, en plein développement, le Sima permet de consolider le marché d’Europe de l’Ouest et de séduire les clients français. L’entreprise, créée par Edmond Ribouleau à Largeasse en 1948, s’adapte donc à cette clientèle « locale » en mettant dans les huit camions dépéchés pour l’occasion jusqu’à Paris des matériels à même de séduire les nombreux betteraviers du Nord qui feront le déplacement, par exemple. « Le choix se fait en fonction des visiteurs mais nous souhaitons également proposer une gamme assez large de produits, ainsi que des produits récents et des nouveautés », explique Florian Crochet, responsable de la promotion des ventes chez le constructeur deux-sévrien.

Au total, une quinzaine de matériels seront présentés sur le stand de 580 m2. Mais aucun objectif particulier n’est fixé à cette occasion. « Nous ne vendons pas sur le salon donc nous ne pouvons pas mesurer la rentabilité de l’événement. Mais notre présence peut déclencher de futures ventes et nous permet d’être visibles », indique celui qui est par ailleurs responsable du centre de formation créé en 2015 à destination de leurs clients.

Deux filiales à l’étranger

Le marché français reste néanmoins minoritaire. En effet, 70 % de la production est exportée dans près de 80 pays. La société possède une filiale aux États-Unis, à Kansas City, où les éléments semeurs sont adaptés aux châssis de plus grande dimension du marché non-américain, et en Russie, à Rostov-sur-le-Don, où s’est installé un centre de commercialisation pour trouver de nouveaux marchés auprès des pays de la communauté des États indépendants (CEI). Une ouverture qui fait partie de l’ADN de Monosem, qui, dès 1957, exportait ses planteuses en Italie. Toutefois, la production reste en Deux-Sèvres sur deux sites, distants de quelques centaines de mètres, dans son terreau initial.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité