Aller au contenu principal

Stéphane Le Foll conteste « la logique d’industrialisation de l’agriculture française »

© Vincent Motin/L'Agriculteur normand

Suite aux déclarations de la Confédération paysanne dénonçant une industrialisation de l’agriculture française à travers 30 projets de « fermes usines », Stéphane Le Foll a vivement réagi, le 10 mars. Sur les 30 projets concernés, 15 sont en effet développés « dans le cadre de regroupements d’agriculteurs » voulant mettre en commun les moyens de production et de transformation, a précisé le ministre de l’Agriculture, et ils ne font l’objet d’aucun recours. Les 15 restants sont pour la moitié en phase d’enquête, et pour l’autre en phase de recours sur des sujets liés à l’environnement notamment. Rappelant que la nouvelle PAC permettait « pour la première fois une dégressivité des aides du premier pilier pour les 52 premiers hectares, ce qui est la moyenne des tailles d’exploitations en France », le ministre a également donné quelques chiffres sur les tailles moyennes d’exploitations en Europe. A titre de comparaison, la moyenne française pour les exploitations de bovins lait est de 55 vaches avec une taille maximale à 500 vaches, quand les exploitations peuvent atteindre 7 000 vaches en Allemagne et au Royaume-Uni. De même pour les volailles, la moyenne française est de 623 poules pondeuses, contre 2 000 en Italie et au Royaume-Uni, et de 3680 poulets de chair contre 7 200 en Italie et 60 000 au Royaume-Uni. Pour Stéphane Le Foll, l’objectif reste bien de « garder un maximum d’agriculteurs sur le territoire »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité