Aller au contenu principal
Font Size

Stéphane Le Foll demande aux opposants à la retenue d’eau de Sivens de comprendre les besoins des agriculteurs

A deux jours de la décision du conseil général du Tarn qui doit se prononcer le 6 mars sur des projets alternatifs au barrage contesté de Sivens. La tension est montée d’un cran entre les agriculteurs locaux et les zadistes. Le 3 mars, une trentaine de sympathisants des zadistes ont envahi la chambre d’agriculture du Tarn à Albi pour dénoncer les agriculteurs qui bloquent l’accès au site.
Dans ce conflit, les agriculteurs ont reçu le soutien du ministre de l’Agriculture. Interrogé sur France Inter le 4 mars, Stéphane Le Foll appelle à « la raison » et demande aux opposants à la retenue d’eau de comprendre les besoins des agriculteurs. « 80 agriculteurs, ça mérite qu’on s’en occupe » a-t-il déclaré. « Le jour où on aura une sécheresse, même si on n’en a pas eu depuis longtemps, personne ne sera là pour les agriculteurs et on viendra voir le ministre pour lui demander d’acheter du foin » pour les élevages, a-t-il ajouté.
Le ministre de l’agriculture s’est également montré favorable à la première option proposée par les experts mandatés sur l’avenir du site : une réduction de la taille du barrage plutôt que plusieurs retenues collinaires dans la zone.
«C'est pitoyable. On a besoin d'eau dans le Sud-Ouest. Les zadistes et tous ceux qui les soutiennent ne sont pas des locaux»,
a déploré Dominique Barreau, secrétaire général de la FNSEA qui interroge : «faudra-t-il un nouveau drame pour qu'enfin les autorités publiques prennent leurs responsabilités?» et conclut ainsi : «évacuez le site, monsieur le ministre de l'Intérieur».
Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, a rappelé le 3 mars que le site serait évacué dès que le Conseil général du Tarn aura tranché. «C'est dramatique que ce soit elle qui l'ai décidé», continue Dominique Barreau à propos du report de l'évacuation du site.
Orama en appelle à l’Etat pour qu’il procède à l’évacuation immédiate des lieux  comme le demandent d’ailleurs les FDSEA et les JA du Tarn et des départements voisins. « A reporter encore toute évacuation en la conditionnant au choix par les élus départementaux de l’une des deux solutions de remplacement qu’il préconise, il prend des risques graves et il exerce un chantage inadmissible sur ces élus ». Les producteurs de grandes cultures reprochent notamment aux pouvoirs publics de laisser pourrir la situation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité