Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Irrigation
Stéphane Le Foll lève l’interdit sur l’irrigation

Le ministre de l’Agriculture a donné son feu vert à la relance de la création de retenues d’eau pour sécuriser l’activité agricole.

© Reussir
«On a besoin de faire des retenues aujourd’hui pour assurer le maintien de l’activité agricole. » Pour la première fois, le ministre de l’Agriculture s’est prononcé sans ambiguïté en faveur de l’irrigation, lors de l’inauguration de l’Odyssée végétale, le 27 février au Salon de l’agriculture. « Au moins une déclaration raisonnable », s’est exclamé Philippe Charles, président de l’AIDS, avant de s’empresser de rajouter que sur ce dossier, les positions de Delphine Batho, ministre de l’Ecologie « nous inquiètent » et plus généralement, « le glissement de l’agriculture vers une idéologie verte ». Le rapport commandé au député du Gers, Philippe Martin, pour améliorer la gestion quantitative de l'eau devrait être publié prochainement et il devrait aller dans le sens des propos de Stéphane Le Foll qui avait été interpellé par Christophe Terrain, vice-président d’Orama, sur la nécessité de relancer la création de réserves hydriques.
A son arrivée au ministère de l’Ecologie, Delphine Batho avait donné un coup d’arrêt aux investissements en la matière, sous la pression des Verts, en attendant les conclusions de ce rapport.
Les producteurs de grandes cultures ont aussi accueilli l’annonce par le ministre d’un plan silo. « Nous allons présenter un vrai plan silo pour les céréales » en collaboration avec les ministères de l’Environnement et de l’Agriculture, a poursuivi le ministre en soulignant que les capacités de stockage devaient suivre l’augmentation de la production pour assurer « une meilleure régulation du marché ». D’ailleurs, a-t-il précisé, un article sur la loi bancaire actuellement en discussion au Parlement prévoit d’encadrer la spéculation sur les matières premières agricoles.
Mais le ministre de l’Agriculture n’a rien dit sur les biocarburants pour lesquels les betteraviers souhaiteraient relever le seuil d’incorporation à Bruxelles de 5 à 8 %. Ni d’ailleurs sur les biotechnologies et le traitement des semences sur lesquels on le sait réticent, mais que les producteurs de grains considèrent comme un facteur de progrès.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Tourisme vert pour un département "vert"

Après les annonces du gouvernement sur un plan de relance du tourisme, avec une enveloppe de 18 milliards d’euros à la clé, le…

Publicité