Aller au contenu principal

Fnsea79
Sylvie Macheteau, élue à la présidence de la Fnsea des Deux-Sèvres

Il avait annoncé sa volonté de quitter la présidence de la Fnsea 79, début septembre. Patrice Coutin, tout en restant membre du bureau, a cédé sa place à Sylvie Macheteau à l’issue d’un vote du conseil d’administration, mardi.

Sylvie Macheteau.
Sylvie Macheteau.
© N. C.
Parmi les points à l’ordre du jour du conseil d’administration de la Fnsea 79, mardi : « Démission du président et élection de son remplaçant(e) ». Sylvie Macheteau, remplace désormais Patrice Coutin qui souhaitait se retirer de cette responsabilité pour se consacrer plus particulièrement à la présidence de la Safer Poitou-Charentes.
Eleveuse de vaches allaitantes et d’ovins en Earl avec son mari, Jean-Marie et Alexis leur fils, sur 180 hectares à Gourgé, Sylvie Macheteau, était auparavant secrétaire générale de la Fnsea 79. « Je ne veux pas faire de cette élection une affaire d’Etat, mais mettre l’accent sur le travail d’équipe. »
Dans les prochains jours, une nouvelle répartition des responsabilités parmi les membres du bureau sera mise en place. Mais d’ores et déjà, la nouvelle présidente veut prendre le dossier de l’élevage à bras-le-corps. « Il faut arrêter la pression sur ce secteur d’activité », a-t-elle annoncé. Dans le secteur laitier, vaches et chèvres, elle cible Terra Lacta, estimant « inadmissible de laisser les éleveurs dans l’incertitude, concernant les volumes et un prix du lait incohérent par rapport au marché, résultats de coopératives qui se font la guerre ».
Deuxième priorité du syndicat : la pression sur l’élevage. « Plus on met de normes, de pression environnementales et autres, plus on condamne l’élevage », s’indigne-t-elle, s’en prenant au mille-feuille réglementaire qui décourage les éleveurs.
Pour faire bouger les choses, Sylvie Macheteau, pourra compter sur un secrétaire général lui aussi bien au fait des questions d’élevage. Agés l’un et l’autre de 52 ans, ils se connaissent pour travailler ensemble depuis de nombreuses années dans les organisations agricoles du département. Alain Chabauty était auparavant secrétaire général adjoint. Il élève des vaches allaitantes avec son épouse Isabelle et leur fils Romain, dans un système naisseur-engraisseur avec quelques achats sur leur ferme à Noirterre, où ils élèvent aussi de la volaille : cailles, poulets et pintades. « Sylvie et moi avons une vision complémentaire des choses », déclarait-il le lendemain de son élection. « Ce qui compte, poursuivait-il, c’est le travail d’équipe, peu importe qui est secrétaire général », avant de rappeler l’importance du rôle joué par chacun des membres du bureau de la Fnsea 79, du conseil d’administration et des présidents de sections et commissions pour porter les revendications des agriculteurs des Deux-Sèvres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité