Aller au contenu principal

Techniques
A Tech & Bio, les bio diffusent leurs pratiques à tous les agriculteurs

La première édition de Tech & Bio dans l’Ouest, consacrée à l’élevage, a accueilli un millier de visiteurs le 23 juin, autour d'ateliers thématiques, de démonstrations, de conférences.

Le parcours réalisé par les organisateurs a permis d’assister à des démonstrations de matériel. Ici Eric Petit, agriculteur bio à Combrée, explique aux élus les avantages du désherbage mécanique.
Le parcours réalisé par les organisateurs a permis d’assister à des démonstrations de matériel. Ici Eric Petit, agriculteur bio à Combrée, explique aux élus les avantages du désherbage mécanique.
© DR

Sans doute une question de météo qui  a retenu les agriculteurs dans leurs travaux de fenaisons, la fréquentation du rendez-vous Tech & Bio a été, durant la première journée, un peu moins importante qu’escomptée. Les organisateurs tablaient sur 5 000 personnes en deux jours, les 23 et 24 juin. Mercredi, ce sont 1 200 personnes qui ont fait le déplacement à la ferme de Thorigné-d’Anjou (Maine-et-Loire) pour cette première édition dans l’Ouest de Tech et Bio. Il s’agit d’un concept des chambres d’agriculture né dans la Drôme, où un salon d’ampleur européenne a lieu tous les deux ans. Là-bas, l’accent est mis sur les cultures spécialisées. Dans le Grand Ouest, le choix a été fait d’un rendez-vous consacré à l’élevage, dans une région, les Pays de la Loire, qui se situe au second rang national en termes de production bio (3,5 % des surfaces, 1 181 agriculteurs en 2008).

Avec une consommation en hausse, un taux d’importation de produits bio encore proche de 40 %, un développement encouragé par le Grenelle de l’environnement, le contexte est favorable à l’accroissement de la bio.  Mais celui-ci ne se fera pas sans un « accompagnement fort des agriculteurs et une structuration des filières », a affirmé Claude Cochonneau, président de la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, organisatrice de 

l’événement avec ses homologues de Bretagne et de Normandie. « Il est essentiel que les techniciens s’imprègnent de ces problématiques d’agriculture biologique. » Le développement de la bio passe, notamment, par un retour à l’agronomie : « On réinvestit l’agronomie dans nos chambres d’agriculture, a aussi souligné Claude Cochonneau. On revient sur des techniques du passé que l’on avait oubliées, afin d’aider les agriculteurs à s’engager dans une voie plus durable, de gré ou de force ». Les objectifs fixés par Écophyto 2018 obligent en effet à reconsidérer les pratiques, et regarder le sol autrement. En la matière, les techniques de la bio sont intéressantes à diffuser. À Tech et Bio, la coupe de sol commentée par Yvan Gautronneau, chercheur de l’Isara à Lyon, a été un atelier très suivi par les visiteurs. Ceux-ci étaient d’ailleurs, en majorité non bio, le plus souvent conventionnels, souvent très proches du bio, ou en conversion, comme cet éleveur laitier de Loire-Atlantique : « Je suis à la recherche de données sur les prairies et les mélanges d’espèces,  sur  la gestion des mauvaises herbes en céréales, sur les moyens de pallier le déficit fourrager ».        

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité