Aller au contenu principal

Irrigation
Temps lourd sur l’observatoire de l’eau

Dernières réunions de travail avant la signature de l’arrêté cadre d’irrigation.

Les irrigants demandent un moratoire pour la baisse des volumes en attendant  la construction des réserves.
Les irrigants demandent un moratoire pour la baisse des volumes en attendant la construction des réserves.
© DR
Les irrigants des Deux-Sèvres attendent, impatients, le 1er avril. Jeudi 20 mars, lors de l’observatoire de l’eau, leur opposition affichée à un certain nombre de points contenus dans le projet de l’arrêté cadre en passe d’être signé à conduit « Mr le Préfet à fixer rapidement un nouveau rendez-vous », annonce Philippe Charles, président de l’association des irrigants des Deux-Sèvres.
L’enjeu de cette rencontre pour les agriculteurs sera de faire glisser le pied de la pédale d’accélérateur. « Certes, il n’y a pas dans les propositions qui nous sont faites aujourd’hui, de grande révolution. Toutefois, les tendances à la limitation de l’usage de l’eau économique se confirment. Et comme l’arrêté 2008 conditionnera ceux des cinq ans à venir, il y a des écarts que l’on ne peut se permettre ».
Parmi ces écarts à éviter, le représentant des irrigants évoque le déplacement de la frontière entre la zone 5A Clain et la zone 10B bassin de la Sèvre Niortaise. « Ce glissement pénalise quinze à vingt exploitants qui selon les données géologiques que l’on détient n’ont pas à se retrouver sur le bassin de la Sèvre Niortaise plus sévèrement contraint ».
 Refusant « tout découpage politique » les irrigants rencontreront le représentant de l’Etat études en main. « Les décisions doivent reposer sur des travaux partagés par tous », appelle Philippe Charles.
Autre point de divergence « le relevé des seuils au piézomètre du Bourdet ». Le responsable professionnel parle d’une proposition à +30 cm pour 2008. Un premier pas qui selon lui en appellera d’autres. L’objectif de l’administration, à cinq ans, étant de remonter le seuil d’un mètre cinquante, dénonce-t-il. « Appliquée, cette proposition condamnerait l’irrigation sur le secteur Mignon-Courance », affirme le militant refusant que les forages de la Charrière ou de Mauzé-sur-le-Mignon « qui n’ont pas d’influence sur le piézomètre du Bourdet », soient sacrifiés.
Au-delà de ces deux points, c’est la baisse des volumes engagée que l’AIDS refuse. Cette revendication figurera sur la feuille de route des représentants de l’association qui le 1er avril seront à la préfecture. « Eu égard aux efforts fournis par le passé et en attendant la construction de réserves de substitution, nous voulons qu’un moratoire soit entendu sur la baisse des volumes ». Affaire à suivre.
C.P.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Publicité