Aller au contenu principal

Irrigation
Temps lourd sur l’observatoire de l’eau

Dernières réunions de travail avant la signature de l’arrêté cadre d’irrigation.

Les irrigants demandent un moratoire pour la baisse des volumes en attendant  la construction des réserves.
Les irrigants demandent un moratoire pour la baisse des volumes en attendant la construction des réserves.
© DR
Les irrigants des Deux-Sèvres attendent, impatients, le 1er avril. Jeudi 20 mars, lors de l’observatoire de l’eau, leur opposition affichée à un certain nombre de points contenus dans le projet de l’arrêté cadre en passe d’être signé à conduit « Mr le Préfet à fixer rapidement un nouveau rendez-vous », annonce Philippe Charles, président de l’association des irrigants des Deux-Sèvres.
L’enjeu de cette rencontre pour les agriculteurs sera de faire glisser le pied de la pédale d’accélérateur. « Certes, il n’y a pas dans les propositions qui nous sont faites aujourd’hui, de grande révolution. Toutefois, les tendances à la limitation de l’usage de l’eau économique se confirment. Et comme l’arrêté 2008 conditionnera ceux des cinq ans à venir, il y a des écarts que l’on ne peut se permettre ».
Parmi ces écarts à éviter, le représentant des irrigants évoque le déplacement de la frontière entre la zone 5A Clain et la zone 10B bassin de la Sèvre Niortaise. « Ce glissement pénalise quinze à vingt exploitants qui selon les données géologiques que l’on détient n’ont pas à se retrouver sur le bassin de la Sèvre Niortaise plus sévèrement contraint ».
 Refusant « tout découpage politique » les irrigants rencontreront le représentant de l’Etat études en main. « Les décisions doivent reposer sur des travaux partagés par tous », appelle Philippe Charles.
Autre point de divergence « le relevé des seuils au piézomètre du Bourdet ». Le responsable professionnel parle d’une proposition à +30 cm pour 2008. Un premier pas qui selon lui en appellera d’autres. L’objectif de l’administration, à cinq ans, étant de remonter le seuil d’un mètre cinquante, dénonce-t-il. « Appliquée, cette proposition condamnerait l’irrigation sur le secteur Mignon-Courance », affirme le militant refusant que les forages de la Charrière ou de Mauzé-sur-le-Mignon « qui n’ont pas d’influence sur le piézomètre du Bourdet », soient sacrifiés.
Au-delà de ces deux points, c’est la baisse des volumes engagée que l’AIDS refuse. Cette revendication figurera sur la feuille de route des représentants de l’association qui le 1er avril seront à la préfecture. « Eu égard aux efforts fournis par le passé et en attendant la construction de réserves de substitution, nous voulons qu’un moratoire soit entendu sur la baisse des volumes ». Affaire à suivre.
C.P.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité