Aller au contenu principal

Toute une filière derrière la parthenaise

Les dix ans du label rouge ont été fêté la veille de la foire concours des animaux de boucherie à Parthenay avec l’APVP, l’OS parthenaise, l’Apocab, les élus et toute la filière.

Outre le bovin d’or, attribué au Gaec La Gironnaise, à Foussais-Payré, le bovin d’argent est revenu au Gaec du Grand Coin, à Coulon ; le prix de la ville de Parthenay, au Gaec Chollet, à La Chapelle-Bertrand ; le grand prix naisseur-engraisseur, au Gaec du Peuplier, Somloire, dans le Maine et Loire et le grand prix du jeune bovin, à Patrice Nivault, de Soutiers.
Outre le bovin d’or, attribué au Gaec La Gironnaise, à Foussais-Payré, le bovin d’argent est revenu au Gaec du Grand Coin, à Coulon ; le prix de la ville de Parthenay, au Gaec Chollet, à La Chapelle-Bertrand ; le grand prix naisseur-engraisseur, au Gaec du Peuplier, Somloire, dans le Maine et Loire et le grand prix du jeune bovin, à Patrice Nivault, de Soutiers.
© N.C.

La grande famille de la parthenaise était réunie le 5 décembre pour fêter les dix ans du label rouge du même nom. Deux cent soixante convives, éleveurs, abatteurs, bouchers, négociants, étaient invités à se retrouver d’abord sur l’élevage de Freddy et Guillaume Hubert, à Verruyes, et à une soirée de gala, aux abords du marché aux bestiaux de Parthenay.
C’est en septembre 2006 que le label rouge La Parthenaise devient officiel. Il sera remis symboliquement par le ministre de l’agriculture de l’époque, Dominique Bussereau, lors du concours national de la race, à Secondigny. Cette distinction est le fruit d’un travail de plus de trois ans porté par l’APVP, organisme de défense et de gestion, et ses présidents, Jacques Pigeau et, depuis 2008, Patrice Poublanc, qui s’est félicité du partenariat avec l’OS parthenaise et l’Apocab pour cet anniversaire en y associant toute la filière ainsi que les élus.


Cette année est précisément celle où la race locale est à l’honneur et le concours d’animaux de boucherie a rassemblé « 170 parthenaises et jeunes bovins sur les 530, toutes races confondues », soulignait Joël Denis, président de l’Apocab. « C’est parce que la race s’est développée que le label s’est développé et réciproquement », estimait le président de l’OS, Didier Dupuis. Il rappelait que dans 1 400 exploitations sont élevées 46 000 vaches, principalement dans son berceau d’origine, les Deux-Sèvres, avec 50 % des effectifs, mais 80 % avec les départements de Poitou-Charentes et des Pays de la Loire.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 9 décembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité