Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Consommation
Ma ville Mon shopping : un "Amazon" 100% deux-sévrien

Surfer sur le retour aux produits locaux, c’est l’objectif des chambres consulaires qui s’unissent pour porter un projet de marketplace départemental : "Ma ville Mon shopping". 

Signature d’un partenariat le 3 juin, avec Thierry Chardy (fondateur de Ma ville Mon Shopping), Philippe Dutruc (président de la CCI), Nathalie Gauthier (présidente de la chambre des métiers et de l’artisanat) et Jean-Marc Renaudeau (président de la chambre d’agriculture).
© Léa Calleau

Proximité, retour au local : c’est le refrain de cette période post-confinement. Les consommateurs ont aussi pris de nouvelles habitudes pendant deux mois en multipliant les commandes en ligne et les drive. Pour répondre à ces nouveaux modes de consommation et soutenir l’économie locale, les chambres consulaires signent une convention avec « Ma ville Mon shopping ». Cette entreprise, qui est une filiale de La Poste, offre aux commerçants, aux artisans et aux producteurs locaux un site de vente en ligne et assure la logistique de livraison. Créée par Thierry Chardy en 2017, elle s’étend aujourd’hui sur 88 départements et compte 3 150 boutiques en ligne.

Aider la reprise économique locale

Pendant trois mois, la CCI, la Chambre des métiers et de l’artisanat et la Chambre d’agriculture vont accompagner les professionnels vers la digitalisation de leurs produits. Ce sont les intercommunalités qui prendront la relève pour soutenir économiquement ce projet, avec l’appui du département. Grâce à cet engagement financier, le taux de commission sur chaque vente est réduit à 5% au lieu de 9%. La Poste maintient un prix de 5€ pour tout colis inférieur à 15 kilos. L’inscription en ligne est, elle, gratuite.

Multiplication des plateformes : comment s’y retrouver ?

Plateforme solidaire de la Région Nouvelle-Aquitaine, Mon marché local 79, le Clic paysan dans le Mellois, Manger français dans le Nord Deux-Sèvres… Les plateformes de commerce de proximité se multiplient sur la toile, si bien que les producteurs ne savent plus vers laquelle se tourner, pas plus que les consommateurs.

Les plateformes régionales et départementales, elles, ne proposent qu'une mise en relation, sans achat en ligne. Le clic paysan et Manger français vendent des produits strictement alimentaires. "Ma ville Mon shopping" se distingue de ces sites en proposant des produits variés, grâce à l'association des trois chambres. 

L’ambition des présidents des chambres consulaires est de couvrir le plus largement possible le département, en permettant à tous les producteurs, commerçants et artisans de s’inscrire. La problématique du colis est résolue : le facteur vient directement chercher le produit et prend en charge la livraison. Une manière de soutenir l’activité de La Poste sur le territoire.

« Ma ville Mon shopping », comment ça marche

Tout producteur, artisan ou commerçant peut ouvrir gratuitement un compte sur le site www.mavillemonshopping.fr. Il référence ses produits dans son espace en ligne sécurisé : nom du produit, catégorie, prix TTC, une photo s’il le souhaite. Les produits sont alors mis en ligne et disponibles à la vente. Quand une commande est passée, il reçoit une notification par mail ou sms, avec le type de retrait choisi par le client (livraison à domicile ou retrait au magasin). La livraison se fait en moins de 36 heures.

 

Ma ville Mon shopping
Achats en ligne 24h/24, livraison, réservation, drive, click and collect… La plateforme "Ma ville Mon shopping" propose les mêmes services que les grandes enseignes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité