Aller au contenu principal

Fourrage
Un bilan mitigé, les fourragères de printemps plus chanceuses

Les cultures de printemps n’ont pas donné satisfaction et les couverts ont été mis à mal par la sécheresse de juillet. Néanmoins les cultures fourragères tirent leur épingle du jeu, notamment celles du millet et du sorgho.

© DR

Sur le papier, plusieurs éléments auraient pu mettre à mal les stocks des éleveurs caprins : une humidité nécessitant de resemer les luzernes, puis une sécheresse grillant l’affouragement en vert. Malgré tout, la campagne est plutôt bonne, d’autant que les « éleveurs ont disposé d’une belle fenêtre météo pour faire du foin, permettant dans l’ensemble de faire de bons enrubannages en quantité et qualité », indique Anne-Laure Lemaître, conseillère Fourrage à la chambre d’agriculture 79. Les fourragères à cycle très court (moha, avoine brésilienne), à semer après la moisson, ont toutefois montré leurs limites lors des chaleurs de l’été : même si ces espèces sont capables de bien valoriser de faibles quantités d’eau, elles ne peuvent tout de même pas pousser dans un sol sec.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité