Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Un cinquième cas de grippe aviaire faiblement pathogène

Les 700 canards et 2000 canetons de l’exploitation de Courlay ont été euthanasiés.

Un cinquième cas d’influenza aviaire faiblement pathogène a été repéré et traité dans le département des Deux-Sèvres.
Les résultats d’analyses menées dans un élevage de canards situé sur la commune de Courlay, dans le nord du département, ont mis en évidence la présence du virus de l’influenza aviaire H5 faiblement pathogène. Les prélèvements réalisés l’ont été dans cette exploitation en lien avec une exploitation déclarée infectée (échange de canetons).
Comme le prévoient les instructions du ministère de l’agriculture, les 700 canards et 2 000 canetons de l’exploitation ont été euthanasiés et l’élevage a déjà fait l’objet d’une première désinfection.
Une zone réglementée de 1 kilomètre autour de l’élevage infecté a été définie. Les élevages avicoles, au nombre de sept, situés dans ce périmètre sont soumis à des restrictions de mouvements d’animaux et de produits issus de ces exploitations. Ces mouvements ne peuvent être autorisés qu’après accord du directeur départemental de la protection des populations et de la cohésion sociale.
Cette zone va être surveillée. Des visites vétérinaires ainsi que des prélèvements pour analyses vont être réalisés sur les volailles des éleveurs de la zone. Si tous les résultats sont favorables, la zone pourra être levée au plus tôt dans 21 jours.
Les services de l’État, dans un communiqué daté du 2 mai, rappellent à tous les acteurs, notamment les vétérinaires, les éleveurs, les chasseurs, les propriétaires particuliers de basse-cour et les autres détenteurs d’oiseaux de rester vigilants afin d’éviter la propagation du virus. Les mesures de biosécurité doivent être impérativement respectées et toute mortalité suspecte d’oiseaux doit être signalée à la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité