Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un an de verdissement ouvre la voie à la simplification

Le verdissement des paiements directs de la Pac tant décrié, et en particulier les SIE, n’a pas eu d’impact significatif. Alors que la réforme de la Pac impose 5 % de ces surfaces d’intérêt écologique, les agriculteurs en ont déclaré 9 %.

Les éléments stables du paysage comme les arbres ou les étangs sont ceux qui fournissent les meilleurs avantages environnementaux.
Les éléments stables du paysage comme les arbres ou les étangs sont ceux qui fournissent les meilleurs avantages environnementaux.
© N.C.

Le dispositif de verdissement des paiements directs introduit en 2015 dans le cadre de la réforme de la Pac n’a pas d’impact majeur sur la production alimentaire européenne ni sur la compétitivité des agriculteurs mais il faudrait y apporter de la flexibilité, en particulier pour les surfaces d’intérêt écologique, pour simplifier sa mise en œuvre.
C’est en substance la conclusion du document de travail de la Commission européenne sur l’instauration du verdissement un an après son entrée en application. Sur la base de ce document, le commissaire européen à l’agriculture, Phil Hogan, a présenté le 18 juillet aux ministres de l’agriculture de l’UE à Bruxelles des propositions de mesures de simplification.

Impact marginal sur la diversification des cultures
L’impact des exigences de verdissement sur l’utilisation des terres et la production agricole « devrait rester très faible à moyen terme », à l’exception notable d’une légère augmentation de la part des prairies permanentes et de la production de protéagineux. Difficile
à ce stade d’évaluer l’impact sur l’environnement, si ce n’est que le verdissement « contribue à empêcher la dégradation de la qualité du sol ».
Le rapport constate que 72 % de la superficie agricole totale de l’UE est soumise à au moins une de ces obligations. 36 % des bénéficiaires de la Pac mettent en œuvre au moins une mesure, du fait qu’en sont exemptées les petites exploitations de moins de 10 ha pour la diversification des cultures et de moins de 15 ha pour les SIE ainsi que les exploitations en agriculture biologique.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 29 juillet 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

D’une exploitation à l’autre, des impacts du simple au double
Sur le pont en plein cœur de la crise qui cloître la majorité des Français chez eux, les agriculteurs s’adaptent avec courage à…
Machin'Agri Saison 1 #épisode4
Découvrez l'épandeur Ploeger AT4103 trois roues. 
Intergénérationnel, le palet fait des adeptes
Jeu traditionnel des départements de la Vendée et du Poitou, le palet n’a rien d’une activité ringarde et séduit les grands comme…
Pour l’avenir du métier : anticiper la reprise
La MFR Saint-Loup-sur-Thouet et la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont noué un partenariat depuis deux ans pour améliorer…
Pas de restriction pour les activités agricoles

"Après échange avec le Ministre de l’Agriculture, il est, ce matin, confirmé que les activités agricoles ne sont pas…

Lezay, Parthenay : plus de cotations actuellement en Deux-Sèvres
A Lezay, comme à Parthenay, les acteurs des marchés sont inquiets. Les cotations n’ont plus lieu depuis deux semaines alors que…
Publicité