Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Carburant
Un gazole non routier pour les tracteurs à partir du 1er novembre 2011

Depuis début 2011, un nouveau carburant diesel est mis sur le marché français pour répondre aux exigences environnementales. Il s’appellera « gazole non routier ». Les tracteurs agricoles et forestiers devront l’utiliser à partir du 1er novembre 2011.

Les tracteurs récents sont tous équipés de moteurs qui nécessitent un carburant de qualité supérieure.
Les tracteurs récents sont tous équipés de moteurs qui nécessitent un carburant de qualité supérieure.
© S. Leitenberger

Le  nouveau carburant est un gazole non routier à faible teneur en soufre, équivalent au diesel routier utilisé pour les voitures et les camions, mais avec le rajout d’un colorant marqueur rouge pour la défiscalisation en vue d’une utilisation spécifique et notamment agricole.L’arrêté du 10 décembre 2010 définit les caractéristiques de ce gazole non routier et donne en annexe la liste des engins dont les moteurs sont concernés. Pour la plupart des engins mobiles non destinés au transport routier de marchandises ou de passagers, l’utilisation de ce nouveau carburant devient obligatoire à partir du 1er mai 2011. Les tracteurs agricoles ou forestiers devront utiliser ce gazole non routier à partir du 1er novembre 2011.Les tracteurs récents sont tous équipés de moteurs qui nécessitent un carburant de qualité supérieure, avec un indice de cétane mesuré proche de 50, au lieu de 40 pour le fuel ordinaire (FOD) et une très faible teneur en soufre. La teneur en souffre du FOD a bien été divisée par deux en 2008 mais elle reste encore très élevée (1 000 mg/kg) pour assurer le bon fonctionnement des systèmes de post-traitement. Pour répondre aux exigences européennes, le gazole non routier aura un indice de cétane calculé de 51 et une teneur en soufre de 10 ppm (10 mg par kilo), soit une quantité polluante en soufre 100 fois plus faible que celle du FOD actuel. A noter que la teneur maximale en soufre admissible est de 10 mg/kg. Cependant, les Etats membres permettent que ces gazoles contiennent jusqu'à 20 mg/kg de soufre au moment de leur distribution aux utilisateurs finaux (art. 3 de l’arrêté du 10 décembre 2010).Pour réduire l’émission de gaz à effet de serre la directive européenne favorise l’utilisation de biocarburant en mélange avec le Gas-oil. L’incorporation d’ester méthylique d’acide gras (biodiesel) est prévue avec un maximum de 7 %. Cette incorporation se fait aussi dans les autres carburants. Le biodiesel incorporé accentue l’effet détergence du carburant et a tendance à diminuer la stabilité du carburant pendant le stockage, surtout s’il est stocké dans de mauvaises conditions (exemples : cuve extérieure 3/4 vide, cuve transparente, etc. Le temps de stockage préconisé sera de six  mois.Globalement le stockage de tous les types de carburants demandera de plus en plus de précautions, avec l’ajout de biocarburant et avec des systèmes d’injection ou de brûleur de plus en plus sophistiqués. L'utilisation de détergents peut également contribuer à entretenir la propreté des moteurs et à réduire les émissions polluantes. Mais actuellement, il n'existe aucun moyen satisfaisant pour l’évaluer. Il incombe aux fournisseurs de carburants et de véhicules d'informer les utilisateurs sur les avantages de ces produits.



Détaxé mais des conditions d’emploi
Ce gazole non routier est notamment destiné :- aux tracteurs de type agricole dont la vitesse de marche ne peut excéder par construction 40 km/h en palier ;- aux engins de manutention et d’engins conçus pour tracter ou pousser des véhicules ou des remorques, sous réserve qu’ils aient une vitesse de marche ne pouvant excéder par construction 25 km/h ;- aux machines, appareils et engins agricoles automoteurs pour la préparation et le travail du sol, la culture, la récolte ou des travaux agricoles analogues dont la vitesse de marche ne peut excéder par construction 27,5 km/h en palier ;- aux engins spéciaux non soumis à immatriculation (grues, pelles mécaniques...) ;- aux moteurs fixes. Le gazole non routier bénéficiera du taux réduit de la taxe intérieure de consommation, dans la mesure où il s’agit d’un gazole visé à l’indice 20, au même titre que le fioul domestique classé à l’indice 21.



Stabilité et tenue au froid du GNR
Les cuves existantes qui contenaient du FOD devront être vides et nettoyées avant le passage au GNR. Attention à l’efficacité des produits de nettoyage « miracle » quand il y a trop de dépôts en fond de cuve (le plus souvent de la terre). Le gazole est un produit instable au-delà de cinq à six mois dans une cuve. L’investissement dans une nouvelle cuve de capacité adaptée entre les besoins été et hiver doit être envisagé si l’existant est trop ancien, trop volumineux, coûteux à nettoyer et dans certains cas non conformes. Une bonne occasion aussi de prévoir une installation avec filtre et volucompteur pour bien connaître ses consommations pour chacun des gaz polluants concernés en fonction de la puissance des moteurs.Selon la saison le nouveau carburant « gazole non routier » n’aura pas la même température de filtrabilité ( TLF ), il faudra donc faire attention aux livraisons réalisées avant le 1er novembre qui seront du carburant « été » contenant certainement plus de paraffine avec une TLF 0 °C . Il faudra être vigilant avec les cuves surdimensionnées.

Stockage des carburants :

- Laisser reposer le carburant après une livraison avant de faire le plein (2 h minimum).
- Vérifier et purger les fonds de cuve régulièrement ( avec un tuyau lesté d’un bout de tube en fer pour les cuves sans robinet).
- Nettoyer les cuves tous les dix ans.n Surveiller les fonds de réservoir et les décanteurs des matériels.
- Maintenir les cuves et les réservoirs aussi plein que possible pour limiter la condensation.
- Préférer une cuve opaque dans un local fermé.
- Ne pas utiliser de cuve galvanisée (ancienne tonne à eau).
- Pomper en laissant un fond de décantation d’une dizaine de centimètres.
- Equiper le système de pompage de la cuve d’un filtre si ce n’est pas encore fait.
- Eviter un stockage surdimensionné, les cuves trop grandes où l’on aura de la condensation, un vieillissement.
- Préférer un stockage adapté pour six mois afin de gérer les carburants été et hiver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Point sur le coronavirus en Deux-Sèvres au 6 mars
Un premier cas détecté en Deux-Sèvres : une femme de 40 ans a été hospitalisée hier soir au CHU de Poitiers. 
Machin'Agri Saison 1 #épisode4
Découvrez l'épandeur Ploeger AT4103 trois roues. 
D’une exploitation à l’autre, des impacts du simple au double
Sur le pont en plein cœur de la crise qui cloître la majorité des Français chez eux, les agriculteurs s’adaptent avec courage à…
Intergénérationnel, le palet fait des adeptes
Jeu traditionnel des départements de la Vendée et du Poitou, le palet n’a rien d’une activité ringarde et séduit les grands comme…
Pour l’avenir du métier : anticiper la reprise
La MFR Saint-Loup-sur-Thouet et la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont noué un partenariat depuis deux ans pour améliorer…
Pas de restriction pour les activités agricoles

"Après échange avec le Ministre de l’Agriculture, il est, ce matin, confirmé que les activités agricoles ne sont pas…

Publicité