Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Un nouvel arrêté renforce les mesures de biosécurité

Entré en vigueur le 1er septembre, le nouvel arrêté, qui modifie celui datant du 8 février 2016, accentue les obligations des éleveurs et des transporteurs dans les exploitations de volailles et autres oiseaux captifs.

Les exploitations ayant subi un cas de grippe aviaire ou de 
suspicion ont l’obligation de se signaler auprès des visiteurs.
Les exploitations ayant subi un cas de grippe aviaire ou de
suspicion ont l’obligation de se signaler auprès des visiteurs.
© C.P.

Du 1er juin au 20 août, 35 foyers d’influenza aviaire hautement pathogène de type H5N8 ou H5N5 ont été déclarés dans huit pays européens. L’Italie a été particulièrement touchée puisqu’elle compte treize foyers au sein d’élevages de volailles sur un mois, entre le 20 juillet et le 20 août.
Selon la plateforme ESA, « c’est la première fois que la circulation de virus IAHP est aussi répandue en été, dans un aussi grand nombre de pays et sur une période aussi longue. »

Dorénavant, les éleveurs ont l’obligation de matérialiser le sens de circulation par une signalisation (fléchage). Ils doivent en outre être présents ou représentés lors du chargement ou du déchargement des volailles. Il leur incombe également de s’assurer que les intervenants en exploitation ont bien connaissance des règles de biosécurité et disposent des tenues spécifiques, ou les leur fournir le cas échéant. Les exploitants qui ont subi un cas de grippe aviaire ou une suspicion d’épidémie ont quant à eux l’obligation de se signaler auprès d’éventuels visiteurs.


Pour ce qui est de la décontamination des véhicules, elle est à présent réservée aux placements en zone réglementée, notamment les zones de surveillance et de protection qui ont été établies à proximité d’un cas. Elle relève de la responsabilité du transporteur, mais le cas échéant l’éleveur doit pouvoir fournir le matériel nécessaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Publicité