Aller au contenu principal

Un outil à tout faire, mais pas n’importe comment

Les chariots télescopiques sont sollicités pour un nombre varié d’activités, souvent quotidiennes, dans les exploitations de polyculture et élevage. Mais il a un coût et la sécurité ne doit pas être passée sous silence.

Suivant l’arrêté du 1er mars 2004, les VGP obligatoires doivent être réalisées tous les 6 mois
Suivant l’arrêté du 1er mars 2004, les VGP obligatoires doivent être réalisées tous les 6 mois
© L.Vimond

Chargement d’ensilage, collecte des balles de fourrage aux champs, nettoyage des stabulations, chargement d'un camion en passant par de la petite manutention quotidienne, le chariot télescopique est l'outil à tout faire dans l'exploitation. Difficile, donc, de s’en passer.
Comparé à un tracteur équipé d'une fourche, il présente quelques avantages tels qu’une bonne maniabilité, une puissance hydraulique ou encore un accès aisé au poste de conduite. Néanmoins, son coût d'utilisation est élevé et son manque de polyvalence ne lui permet pas, dans certaines exploitations, de rivaliser avec le tracteur fourche, qui peut être utilisé et rentabilisé par de nombreux autres travaux.
Différentes études réalisées, portant sur plus de 500 chariots télescopiques, nous en disent un peu plus sur le prix de revient de ce matériel. On constate que le coût d'utilisation moyen, carburant non compris, est de 20 €/heure sur un parc de matériel réalisant en moyenne 650 heures annuellement.
L'entretien/réparation est un poste important, il représente 21 % du coût horaire et il augmente nettement avec l'âge. On constate en effet qu'il passe de 2 €/h les deux premières années à 4 € la troisième puis à 6 € la quatrième année.

Plus d'infos dans le dossier manutention du journal Agri 79 du 13 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Les travaux de la ferme aux 1200 taurillons pourraient débuter en 2021
La décision de la cour administrative d’appel, le 29 décembre, a fait tomber l’annulation de l’autorisation d’exploiter qui avait…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Publicité