Aller au contenu principal

Conférence
Un plaidoyer pour l’agriculture

À l’invitation du Crédit Agricole, l’économiste Sylvie Brunel a tenu une conférence baptisée « Agriculteur et fier de l’être », le 3 décembre à Limoges. L’écrivaine a décortiqué les idées reçues dont l’agriculture est victime.

Sylvie Brunel
© Pascale Dumont

À en juger par le public venu nombreux, l’intervention de Sylvie Brunel était très attendue. Géographe de formation, économiste spécialiste des questions de développement, Sylvie Brunel a longtemps travaillé dans l’humanitaire, à Médecins sans frontières puis Action contre la Faim, qu’elle a dirigée puis présidée de 2001 à 2002. Aujourd’hui professeur à la Sorbonne, elle est fréquemment invitée sur les plateaux de télévision, où elle défend l’agriculture française face à l’agribashing ambiant.

Si le changement climatique est une réalité qui doit amener à s’interroger sur la gestion de l’eau, pour Sylvie Brunel, il est d’autres questions écologiques qu’il faut relativiser. L’épuisement des ressources ? Celles-ci ne sont pas réellement un stock mais plutôt un flux qui évolue en fonction de l’ingéniosité humaine. La notion de paysage comme héritage ? L’agriculture façonne les paysages depuis toujours et les écosystèmes sont en perpétuelle évolution. « Il faut se battre contre les prophètes de l’effondrement, appelle la géographe. Nous pouvons rendre la planète plus belle mais ce ne sera possible qu’avec les agriculteurs ».

Et ce n’est pas chose aisée lorsqu’on voit le fossé qui se creuse entre monde rural et monde urbain. S’ils ne supportent plus les réalités du métier d’agriculteur, les habitants de ce dernier cherchent en même temps une alimentation de plus en plus sûre. « Ils oublient que dans les années 60, le rendement à l’hectare était de 30 q, contre le double aujourd’hui, souligne Sylvie Brunel. À l’époque, 4 000 personnes mourraient chaque année d’une contamination alimentaire. Aujourd’hui, le chiffre est descendu à 200 ».

Accroître la production d’ici 2050

Ce progrès a été notamment rendu possible par les produits phytosanitaires, mis au pilori aujourd’hui. « La protection des cultures est une nécessité absolue, insiste Sylvie Brunel. Aujourd’hui, 25 % des récoltes mondiales sont contaminées par l’aflatoxine et sans traitement, on peut craindre le retour de l’ergotisme par exemple ».

Pour preuve des efforts faits par les agriculteurs français en la matière, un chiffre : ¾ des molécules utilisées avant 1993 ne sont plus utilisées aujourd’hui. En outre, la moitié de la production mondiale pourrait être perdue sans protection des cultures. Pour l’économiste, l’agriculture est aujourd’hui plus que jamais un domaine stratégique. Selon la FAO, deux milliards de tonnes de céréales et 300 millions de tonnes de viande supplémentaire seraient nécessaires au niveau mondial d’ici 2050. Dans ce contexte, les voies proposées, conversion au bio, vente directe, montée en gamme ne sont pas généralisables pour Sylvie Brunel. « Les consommateurs ne sont pas prêts à payer plus cher et certains ne le peuvent tout simplement pas », explique-t-elle.

S’agissant de la montée en puissance des lobbies anti-viande et, derrière eux, celui de la viande synthétique, l’économiste appelle à la vigilance et à la communication globale du monde agricole, qui passe outre les divergences d’opinions. Sylvie Brunel insiste : « Ces gens ne sont pas des “cons”, ce sont des gens qui ont peur et ont besoin d’être rassurés. Vous luttez contre les maladies pour protéger vos cultures et vos concitoyens. Dites-leur à quel point vous luttez pour eux, sans eux et parfois contre eux ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Christiane Lambert défend « le vrai visage de l’agriculture »
La première journée du congrès national du syndicat a commencé au Gaec du Petit Chauveux, où se sont rendus représentants et élus…
Chasseurs, Deux-Sèvres, agriculture, chasse
Le sanglier en ligne de mire
L’ouverture générale de la chasse est le 12 septembre. En Deux-Sèvres les populations de petits gibiers ont profité d’une belle…
Congrès Fnsea : « Ici, les idées justifient les moyens »

Où il y a du dynamisme, il y a des femmes et des hommes engagés. En Deux-Sèvres, individuellement dans leur ferme mais aussi…

SCEA Le Chène Blanc, Pougne-Hérisson, Deux-Sèvres, Elevage, Chèvre, Caprin, Capr'inov
Cinq fermes pour cinq thématiques
Comme à chacune des éditions, Capr'inov propose une journée d'immersion dans des fermes. Cinq visites auront lieu le 23 novembre. 
Congrès FNSEA, Organisation, Niort, Deux-Sèvres, Acclameur
La Fnsea s’implique pour que vive la ruralité
Plus de 1000 membres du réseau Fnsea sont attendus à Niort pour le congrès de l’organisation nationale. Initialement programmé en…
Claustration des volailles dans une quarantaine de communes du sud Deux-Sèvres
Après un cas dans les Ardennes, la claustration des volailles est imposée depuis vendredi 10 septembre dans les zones à risque…
Publicité